Être avec le malade 10. Corps matériels

Quand tout va bien, c’est léger, un corps. Je veux dire qu’on n’y pense pas, qu’il ne pèse rien, qu’il ne se fait pas remarquer, qu’il est là, faisant son travail de corps dans une sorte de silence et d’invisibilité. Ça vaut pour le nôtre comme pour celui d’autrui. En plus, dans nos contrées européennes, le corps, malgré les évolutions de la fin du 20e siècle, disparaît encore derrière l’esprit et il n’est pas sûr que son omniprésence presque obsédante dans les discours sociaux contemporains le fasse véritablement exister ; c’est même plutôt, peut-être, le contraire, parler démesurément d’une chose étant aussi, parfois, le meilleur moyen de le rendre invisible. Lire la suite