Gouvernances iatrogènes.

Le dimanche 7 octobre, Twitter a attiré mon attention – en plein mois rose, comme chacun sait désormais dédié au cancer du sein, mois où j’évite ici tout commentaire sur le sujet – Twitter donc attire mon attention sur l’organisation d’une course qui avait eu lieu la veille. À travers les 3 messages consécutifs suivants :
« #1J’ai amené hier mon fils cadet à une course @ODYSSEA_fr (pour soutenir la lutte contre le cancer du sein). Mon fils a fait la course de 1km, dans l’hippodrome de Vincennes. Il a adoré. Mais …/… #2à la fin de la course, on donne à chaque enfant un sac qui contient : une bouteille d’eau, un sachet de bonbons, un sachet avec des biscuits, et une gourde de compote. Est-ce vraiment utile ? Tous ces emballages qui finissent à la poubelle ? Pour 1km de course ? …/… #3Mes enfants ont fait d’autres courses, où ils n’ont éventuellement qu’une médaille à la fin, et ils étaient contents ! Courir, c’était chouette en soi. Donc @ODYSSEA_fr, la lutte contre le cancer du sein, c’est bien, mais pense aussi à notre planète ! ».
Deux jours plus tard, toujours sur Twitter, on nous donnait quelques chiffres sur le succès de la course en question :
« 37 500 coureurs et marcheurs ont bravé la pluie lors de la 17ème édition d’@ODYSSEA_fr. Bravo aux 18 membres de l’équipe de l’Union-OCIRP ! Grâce à leur mobilisation, 520.000 € ont été récoltés pour @GustaveRoussy et la recherche contre le cancer du sein. »
J’aimerais bien pouvoir comparer les fonds recueillis cette année à ceux récoltés les années passées. J’ai eu en effet l’impression que cette année Octobre Rose avait connu un certain tassement dans la presse et sur les réseaux sociaux. Il faudrait bien sûr pour confirmer cette intuition quelques données plus objectives que mes observations diffuses. J’ai cru remarquer, par exemple, non seulement moins de pub à l’égard de l’événement mais également plus d’expressions critiques exprimées : envers le côté mercantile du projet d’une part, et sur son fondement même à savoir la détection précoce du cancer du sein, d’autre part ; et, à travers elle, la mammographie.
Quoi qu’il en soit, lorsque j’ai lu le message que notre actuelle ministre de la Santé avait fait passer sur le sujet le 3 octobre, j’ai eu une pensée fugace pour celle qui la précédait à ce poste et avait engagé une concertation citoyenne sur la solvabilité de la mammographie, dont le moins qu’on puisse dire est que les résultat invitaient à la discussion. Si certain.e.s qui me lisent doutent encore du caractère politique de la moindre petite tumeur, notez que le 3 octobre dernier Agnès Buzyn a définitivement enterré, sinon Marisol Touraine, du moins le débat qu’elle avait lancé dans le gouvernement précédent.
Je cite :
« Le #CancerDuSein est le + fréquent et le + mortel chez la femme. Aujourd’hui, avec les ministres du @gouvernementFR, j’incite toutes les femmes à faire ce #dépistage. Dépister tôt, c’est soigner mieux. ».
La dernière phrase étant pour le moins discutable, et fort discutée au cœur d’une controverse établie, elle était suivie un peu plus tard d’un dernier coup de pelle :
« Je l’ai rappelé aujourd’hui à l’@AssembleeNat, nous avons renforcé l’information et la prise en charge du #dépistage du #CancerDuSein, parce que c’est une priorité de santé publique. #OctobreRose #SavoirCestPouvoirAgir ».
Un certain nombre de lecteurs et lectrices se sont étranglé.e.s en lisant ce dernier message et, autour de @_CancerRose, très engagé sur le sujet, l’ont fait savoir. En évoquant notamment le fait que selon le décret en vigueur qui l’encadre, cette information – ne prévoyant pas d’informer les femmes sur le risque de surdiagnostic et de surtraitement – aurait des visées plus incitatives qu’informatives ; ce d’autant plus qu’aucune étude n’était prévue pour valider son dispositif.
Octobre Rose est également politique dans les choix qu’il promeut pour vaincre le cancer. Les bonbons, compote et autres biscuits offerts aux enfants de la course de Vincennes attirent l’attention sur un point qui complète celui de leurs emballages qui finissent à la poubelle. Penser à la planète, c’est aussi penser prévention des cancers. Quid de ces douceurs sucrées : bio ? sans colorants ? conservateurs ? perturbateurs ? glyphosate ? pesticides ? Qu’y-avait-il dans les bonbecs ? Je n’ai pas pensé sur le moment à enquêter sur leur caractère sanitaire et sans doute est-il aujourd’hui trop tard pour solliciter mon informateur à ce sujet : ils ont été mangés depuis longtemps.
Mon argument se passe de ces données. Ce sur quoi j’aimerais juste attirer l’attention, c’est sur le fait qu’Octobre Rose semble bien éloigné de perspectives environnementales dont on pourrait penser qu’elles sont pourtant au cœur du sujet de la prévention du cancer.
Malgré les efforts consentis à cette cause depuis des décennies, la détection précoce, via la mammographie, a bien du mal à s’imposer comme technique d’excellence de réduction de la mortalité. Alors, la lutte contre le cancer du sein se prolonge à travers un autre axe, qui n’a rien de nouveau : une foi soutenue dans la science et dans des solutions technologiques et/ou pharmacologiques. Mais quand on observe les divers contenus d’Octobre Rose – et notamment ceux de la course Odyssea dont j’évoquais plus haut bonbecs et emballages – on observe que l’environnement est remarquablement absent de leur teneur principale.
Je n’ai rien contre la science et la médecine, qui m’ont sauvée la vie à plusieurs reprises, mais que certaines options dominent les discours et les politiques du risque au point d’en évincer d’essentielles me paraît problématique. Si seulement quelques particularités du risque retiennent l’attention, on peut craindre que seul un nombre limité d’options (réservées en outre à qui pourra se les offrir), sera retenu pour le réduire. Alors qu’une équation consistant à nettoyer, sinon purger, notre environnement plutôt qu’à se soumettre à plus de drogues pour s’en guérir pourrait s’imposer à notre bon sens, c’est le contraire qui semble prévaloir dans les choix adoptés par les dirigeant.e.s élu.e.s de ce monde. Qu’ils soient opérés sur un mode ostentatoire revendiqué dans l’Amérique de Trump ou dans le Brésil de Bolsonaro, ou bien exercés de manière plus fourbe comme en France ; je pense au vote des député.e.s en faveur du glyphosate ou aux premières déclarations de notre nouveau ministre de l’agriculture demandant aux scientifiques de faire la preuve des conséquences des pesticides sur la santé. Ces choix nous empoisonnent. L’année prochaine, peut-être, Octobre Rose traitera le sujet frontalement, qui sait ?