Les sociologues de la santé meurent aussi.

Je l’ai appris tardivement : ma collègue Sophia Rosman est décédée le 27 décembre dernier. Et je relaie cette très triste information au cas où d’autres que moi, proches par le cœur et la pensée de Sophia mais éloignés par les contingences ordinaires de la distance physique, n’auraient pas encore eu connaissance de cette sinistre nouvelle. Je le désirais tellement fort que je crois que j’en étais venue à penser que bien sûr elle s’en tirerait, depuis toutes ces années, de longue rémission en longue rémission.

Sophia appartenait à la bande des thésard.e.s du CERMES qui ont fait leur thèse avec Claudine Herzlich. Elle avait soutenu en 1996 : «  Maladie et précarité : une association d’aide aux malades du sida au carrefour du médical et du social ». Elle y analysait une association d’hébergement de malades du sida en situation de précarité : APARTS. À travers la professionnalisation et l’institutionnalisation de l’association militante mais aussi à partir des trajectoires individuelles des malades qui y vivaient une double situation de crise provoquée à la fois par la maladie grave et par leur situation de précarité, Sophia proposait une monographie très documentée du monde social qu’elle explorait.

Tiré de sa thèse, en 1999 elle a publié : Sida et Précarité, Une double vulnérabilité, chez L’Harmattan (coll. « Le travail du social »), dont l’analyse se situe au croisement de la maladie et de la précarité sociale. Sophia qui était d’origine néerlandaise avait écrit sa thèse directement en français et je me souviens que j’étais très admirative de ce qui était pour moi une performance d’écriture.

Son travail nous posait des questions concernant des populations qui régulièrement échappaient à la sociologie de la santé de l’époque où, de fait, on travaillait plus souvent avec des malades à peu près bien insérés socialement. Sophia montrait à quel point la précarité à travers le sida attaquait une population déjà fragilisée par un certain mode de vie (prostitution, toxicomanie, « sans domicile fixe ») en sur-provoquant des phénomènes d’exclusion déjà à l’œuvre avant la maladie. Parmi toutes les interrogations soulevées par son travail, je m’en souviens d’une qui est encore présente dans beaucoup de prises en charge sociales. L’association APARTS avait emprunté un certain nombre de ses principes à la psychiatrie et/ou à l’antipsychiatrie et proposait donc dans son fonctionnement la notion de « projet ». À ce propos, Sophia se demandait (et je me le demande avec elle depuis longtemps) en quoi un projet, qui suppose un avenir, peut consister pour des patients atteints d’une maladie grave et létale? Survivre relève du mystère et cette question reste ouverte…

Il y a d’autres travaux que j’aimerais aussi mentionner pour rendre hommage et saluer cette chaleureuse camarade, sociologue de la santé, qui nous a quitté sur un mode qui la caractérisait : celui de la discrétion. J’aimerais par exemple parler de cet article où elle montrait – à partir d’une comparaison entre généralistes français et généralistes néerlandais (elle avait fait des observations de consultations dans l’un et l’autre pays) – que chez les uns, être un bon médecin c’est faire une ordonnance avec plein de médicaments et, chez les autres, c’est absolument le contraire (devinez lesquels ?). Elle avait aussi publié un article remarqué sur « L’expérience de la fatigue chez les malades atteints de cancer » en 2004.

Au point où j’en suis de cafard, ce billet très spécial me rappelle également Pédro Pérez, qui était lui aussi en thèse avec nous. Pédro était aussi un collègue thésard, médecin mexicain, qui travaillait sur la médecine frontalière de Ciudad Acuna ; lui est décédé avant de la terminer sa thèse. C’était l’époque où les antirétroviraux n’existaient pas encore.

J’ai vraiment du vague à l’âme ce soir.

Les sociologues de la santé meurent aussi mais leurs écrits les perpétuent. Les lire et les relire donc.