Ce qu’on a à dire et à qui. Ou « De quel droit me dites-vous une chose pareille ? ».

Longtemps j’ai écrit pour mes pairs. En espérant toutefois que mes propos viendraient aux oreilles des autorités et des personnes malades qui faisaient l’objet de mes attentions académiques.

Le fait de travailler dans le domaine de la santé suscite tout le temps des sollicitations qui dépassent largement le domaine du colloque universitaire. Invitée dans des hôpitaux, des services, des écoles de soins, des associations, des tables rondes, des réunions d’institutions du cancer et même par des labos pharmaceutiques camouflés en œuvre de bienfaisance, j’ai souvent dû confronter mes propos à ceux dont je parlais et cela a toujours constitué une évaluation bénéfique pour mon travail. Becker dit quelque part que nos recherches, en sociologie, pour être valides, doivent déplaire à ce.lles.ux dont elles parlent. Je ne m’affecte pas lorsque mes travaux déplaisent à mes pairs : c’est la base du métier. En revanche, lorsque des personnes malades ou ex-malades quittent la salle parce qu’elles ne supportent pas mon propos, c’est un peu différent, notamment parce que le dialogue a plus de mal à s’instaurer dans ces conditions. Récemment, après une table ronde dont le sujet était celui des conséquences sociales des progrès de la médecine et où j’ai eu l’occasion de prendre la parole, une personne est venue me voir. Pour me dire que mon propos était sombre et qu’une de ses amies avait quitté la salle à cause de cette nature de mon propos.

Cela m’a rappelé une histoire que l’on raconte au sujet de Freud à qui son médecin disait qu’il avait un cancer, et Freud de lui répondre « Mais de quel droit me dites-vous une chose pareille ? ».

Burawoy distingue – dans une palette un peu plus large toutefois que ce que j’en rapporte ici – une sociologie critique et une sociologie publique à partir, précisément, des audiences auxquelles elles s’adressent. Je pense que la sociologie s’adresse au monde savant et au public en général – celui qu’on dénomme « grand » – et pas seulement à un public dédié à une cause sociale et politique. De fait, l’espace public du cancer, au sens large donc, est peu investi de points de vue critiques collectivement structurés (il en regorge d’individuels). Cela reste intrigant, sociologiquement et historiquement parlant, quand on compare cette situation à des formes d’activisme expérientiel observables dans de nombreuses autres maladies. Je continuerai donc à donner mon avis, même s’il est parfois sombre.