C’est la ouate qu’elles préfèreront.

Je mets ce petit billet en ligne après avoir lu via Twitter un gazouillis un peu approximatif sur – je cite – « l’histoire méconnue des règles ». Ce papier publié chez Rue 89, je le trouve approximatif parce qu’il est sans références aucune (genre, j’ai la science infuse) et, pire encore, sans aucune perspective sur la médicalisation du corps des femmes. J’aimerais ajouter ce qui suit à ce sujet.
Le corps des femmes fait peur dès lors qu’il entreprend de s’émanciper de ses caractères sui generis. Un examen de la littérature portant sur les techniques d’hygiène en faveur de ces caractères – [je vais devoir citer mes sources puisque c’est une de mes critiques à ce papier !] – confirme ce point de vue (Showalter et Showalter, 1970). Les produits d’hygiène font leur entrée dans l’industrie du corps naissante lorsque les serviettes hygiéniques jetables débarquent dans la Grande-Bretagne Victorienne, présentées lors de congrès de la Société Obstétrique de Londres (Jalland et Hooper, 1981). Aux Etats-Unis, des protections hygiéniques avec ceintures en caoutchouc sont disponibles à la vente par correspondance dans les catalogues de Montgomery Ward dès 1895 (Schroeder, 1976). Toutefois, les serviettes jetables placées sur le marché, notamment par Johnson et Johnson en 1896, seront bientôt retirées de la vente : l’échec commercial – provisoire – de ce produit est liée selon toute vraisemblance à une absence de publicité. Car enfin, comment rendre public un tel produit étant donné son caractère indicible si ce n’est honteux ? (Bullough, 1979). Pendant la Première guerre mondiale, ce sont des infirmières françaises qui découvrent que la cellulose employée pour les soins aux blessés absorbe les flux menstruels bien mieux que les serviettes en tissu (Delaney et alii, 1988). L’utilisation des surplus de stocks d’ouate de cellulose par Kimberly-Clark en 1921 ouvre la production des serviettes Kotex. Dans les années 20, l’image de l’infirmière sera utilisée avec profit dans la publicité pour ce produit qui, en 1929, est déjà devenu un business de 19 millions de dollars (Bullough, 1985). Aucune innovation majeure ne sera apportée à cette serviette avant l’arrivée de protections renforcées d’adhésif dans les années 70 (Delaney et alii., 1988). Sur le corps des femmes, via ces techniques, valeurs et normes viennent encore et toujours se cristalliser. L’invention, en 1933 par la société Tampax, du premier tampon jetable engendre une réaction immédiatement négative : celui-ci est déclaré cause de contraception, de masturbation ou bien encore de défloration. Son usage finira pourtant par s’imposer, mais après bien des avatars – dont le syndrome de choc toxique identifié en 1978 et confirmé en 1985 n’est qu’une des nombreuses controverses qui ont entouré sa propagation (Helgerson, 1981).
(À suivre car le sujet est fort riche…)


1 réflexion sur « C’est la ouate qu’elles préfèreront. »

  1. « Car enfin, comment rendre public un tel produit étant donné son caractère indicible si ce n’est honteux ?  » En Angleterre, on parle encore de « unmentionables », pour parler des sous-vêtements, et autres choses « unmentionable ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.