Experience based sociology.

« Je me suis efforcé de décrire le monde, non pas comme il est mais comme il est quand je m’y ajoute, ce qui, évidemment, ne le simplifie pas ». J’aime cette phrase de Giono que je lis comme une donnée épistémologique essentielle.
De nombreux chercheurs ont exposé leur perception du souci réflexif qui est au cœur d’une partie de ce sur quoi je m’éclate cet été. Globalement, leurs perspectives s’articulent autour de quelques axes récurrents. Relations aux enquêtés et au terrain, engagement de soi, dilemmes éthiques et politiques, objectivité et vraie science en sont les plus courants. Quand Bourdieu dans son analyse de l’auto-analyse prêche pour une objectivation optimale, Jeanne Favret-Saada produit au contraire l’examen le plus engagé qui soit en faveur de son terrain et de ses enquêté.e.s. Daniel Bizeul en propose une lecture perturbante mais excitante. Les anglo-saxons, bien entendu ne sont pas en reste et nous ont souvent précédés dans ces réflexions. Everett Hughes a écrit sur la distance à conquérir après le terrain, Niels Anderson, lui, poussait l’analyse concrète sur le terrain dans une célèbre postface. Ce mouvement en faveur d’un retour de la pensée sur elle-même, qui voit son essor dans les années 70, est aujourd’hui banalisé. Les grandes perdantes de ce mouvement, en termes de notoriété, sont assurément les chercheuses féministes qui ont particulièrement œuvré à cette réflexion sans pour autant en obtenir une reconnaissance légitime de leur apport aux sciences sociales.
La manière dont je traite cette question repose finalement sur une interrogation simple et qui est très rarement traitée en ces termes : en quoi ma présence dans le sujet que je traite le modifie-t-il ? En quoi l’a-t-il affecté ? Concrètement – et au-delà du fait qu’il l’a motivé bien entendu – en quoi le fait que j’ai eu un lymphome à 24 ans a-t-il exercé une action sur mon travail sur la cancérologie ? Problématiques, données, perspectives théoriques, choix ou évitement, traitement des informations, conflits de loyauté etc. etc. Nous sommes très nombreux à en être venus à nos travaux majeurs pour des raisons biographiques, dans le domaine de la sociologie de la maladie comme dans les autres. Julius Roth – largement incité par Hughes… – écrit Timetables à partir de son observation de la vie dans le sanatorium où il est soigné. Murphy est lui aussi totalement engagé dans ce qui sera son dernier travail. Mickael Pollack a abandonné ses premiers travaux pour se consacrer corps et âme à l’étude du sida. La liste serait longue s’il fallait décliner tous les travaux de sociologie de la santé issus d’expériences d’abord privées des chercheurs. Ce d’autant plus que, parmi celles-ci, toutes n’ont pas été révélées publiquement. Notamment quand ces circonstances biographiques relevaient de filiations médicales : de nombreux sociologues de la santé sont en effet issus de familles de médecins. Même notre classique Alain Touraine, fils de médecin, s’est lui aussi intéressé à ce sujet au cours de sa carrière.
Ce coming out ou son opposé sont intéressants à analyser pour ce qu’ils disent, notamment, des modalités d’engagement sur le terrain et de leurs conséquences pratiques en termes de données recensées. Moi, au départ, je souhaitais faire de ma recherche un travail de mise à distance, par l’analyse sociologique – qui était celle que je préférais – de mon expérience. C’est le contraire qui s’est produit. Cette velléité de mise à distance a au contraire produit un rapprochement inédit d’avec mon expérience de départ. Le concept de rupture biographique qui est souvent utilisé dans la sociologie de la maladie ne s’est pas appliqué à ma démarche. J’ai continué à faire de la sociologie, comme avant mon diagnostic, j’ai juste changé de sujet. En revanche, on peut parler de rupture théorique puisque je suis passée d’une posture explicative à son opposée. Formée d’abord dans un département de sociologie marxiste et bourdieusien, je n’avais guère rencontré, dans cette formation initiale, la sociologie américaine – en dehors de l’inévitable Goffman, que Bourdieu avait fait traduire, ce qui lui donnait la légitimité requise dans le département – avant de découvrir la sociologie médicale. La lecture de La Profession Médicale a amorcé cette rupture théorique.
Aucune sociologie objectivante n’était capable d’exploiter un projet de recherche fortement marqué par mon épreuve physique et morale personnelle. C’est dans ce contexte que la notion d’acteur s’est naturellement substituée à celle d’agent dans la perspective d’une sociologie situationnelle que j’allais dorénavant privilégier aux dépens d’approches plus structurelles.
Susan Greenhalgh dans son auto-ethnographie : Under The Medical Gaze montre comment la science et la médecine peuvent se révéler des instances pleines de séduction pour des classes moyennes, surtout lorsque ces dernières se font soigner avec succès. En sociologie, l’importance des sentiments dans le traitement du sujet est rarement étudiée. Ils ont pourtant souvent des conséquences signifiantes dans nos travaux. Suffit juste de le savoir, épistémologues : encore un effort…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.