Protéger qui ? (3/X).

Vigilance disions-nous, mais envers quoi ? Eh bien naturellement envers ces risques identifiés lors des crises sanitaires, qui non seulement mettaient à mal des structures économiques, sociales, politiques mais également mettaient en évidence certains dysfonctionnements de l’État. Voire des défaillances avérées dans la manière dont l’État assurait la sécurité de la population face à ces nouveaux dangers. Mais au-delà des populations, peut-être peut-on également émettre l’hypothèse d’une autre protection : celle des pouvoirs publics.
Les dispositifs de vigilance inventés à ce moment-là visent tout à la fois à éviter la reproduction de ces crises, à restaurer la capacité de l’État à assurer la sécurité des populations, et puis à instaurer une certaine croyance collective dans cette capacité. Car la confiance est entamée. D’où cette ambiguïté que si le dispositif sert bien sûr à garantir la santé des populations, il sert tout autant à protéger la responsabilité des pouvoirs publics. Ces deux dimensions sont intimement liées. D’où aussi cette rhétorique de la sécurité sanitaire, qui s’est développée à partir des années 90 dans les cabinets ministériels, chez les hauts fonctionnaires et les parlementaires, visant à montrer que l’État avait su tirer la leçon des crises et qu’il était dorénavant en mesure de protéger les populations via des procédures adaptées.
Cette rhétorique, à cause du contexte que j’ai évoqué, ne passe pas toujours très bien auprès des professionnels. Pour plusieurs raisons vraisemblablement et parmi celles-ci, 1)le fait que le risque identifié dans l’hôpital est celui de l’activité médicale elle-même (ce qui met leur activité sur la sellette) et, conséquemment que 2)dans les services, les professionnels se voient imposer – de l’extérieur bureaucratique – de nouvelles normes/formes d’exercice qui remettent en cause leur autonomie.

Épilogue : je suis traçable.
Quoi qu’il en soit, dans la perspective d’éradication de l’incertitude et du risque qui est au principe de l’identito-vigilance, la personne hospitalisée est désormais, bien étiquetée avec son petit bracelet. Elle est tellement bien située en posture de traçabilité qu’on n’est plus obligé de lui causer, suffit de regarder son poignet.
Une amie infirmière m’avait raconté, il y a 20 ans, comment à Nantes un mec s’était réveillé avec le genou gauche correctement opéré, sauf que c’était du droit dont il souffrait. Ça arrive. Mais y-a-t-il une incompatibilité à concilier sécurité sanitaire et individus sujets ? J’ai mon petit bracelet qui m’identifie ainsi que mes maux mais, Doc, continue à me demander comment je vais et où j’ai mal si tu veux bien.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.