Identifier pour surveiller (1/X).

On m’a invitée l’année dernière à commenter le sujet de l’identito-vigilance pour le 10ème Congrès National d’Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle qui se tenait à Nantes. Un de mes collègues découvrant ce thème aujourd’hui, je décide de rendre publique une partie de ma communication. Mon objectif n’est pas que ce collègue découvre mon blog et le cite dans les liens du sien – ses liens sont très masculins et mes sujets de prédilection ne sont pas vraiment sexys – mais d’informer sur cette entreprise d’identito-vigilance à laquelle nous sommes soumis dès que nous entrons à l’hôpital sans même le savoir la plupart du temps.
Identification : la réponse à une situation sociale, dans quelque domaine que ce soit.
Sur le premier de ces thèmes, celui de l’identification : c’est un vieux problème. Toute société, quelle que soit sa taille, a éprouvé et éprouve encore bien souvent le besoin de faire la distinction entre ses membres. Pour des raisons qui sont certes assez variées, mais quand on regarde ce qui nous a précédé, on observe que – s’il y a eu différentes manières, différentes techniques, mises en place afin de répondre à ces besoins – quel qu’en soit le contexte, ce besoin s’est toujours révélé être un besoin social (et c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles il intéresse grandement les sciences sociales).
Quand nommer ne suffit pas.
Le nom a longtemps servi d’identificateur majeur. Et plus une société devenait complexe, plus le nom seul devenait insuffisant à remplir cet office. C’est d’ailleurs un peu la situation qui s’observe actuellement dans les services qui mettent en place l’identito-vigilance. Le nom ne suffit pas à identifier avec certitude ce patient qui est là sous nos yeux.
Pour améliorer l’identification au-delà du nom, un certain nombre de techniques, plus ou moins fiables, ont été testées. Les sociétés européennes se sont contentées pendant des siècles de la signature qu’on apposait au bas du contrat. Le caractère soi-disant inimitable de l’écriture était vu comme un gage de sécurité. Bien sûr qu’il était possible de falsifier les écrits, bien sûr que les analphabètes ne pouvaient pas être soumis à ce contrôle mais, bon an mal an, on s’en est contenté longtemps puisqu’il a fallu attendre la moitié du 19ème siècle pour voir proposés de nouveaux systèmes d’identification.
Identifier pour sécuriser.
En France, cette exigence d’une meilleure identification des individus, à cette époque, trouve son origine dans les conséquences de l’évolution sociodémographique. Concrètement, cette exigence est liée à la criminalité. Le travail d’identification qui s’impose est lié à un risque perçu important à l’échelle sociale. Ce risque, au 19ème siècle, c’est le problème que pose la récidive en matière de criminalité : risque identifié comme un problème majeur après qu’on eut observé que les taux de récidive s’élevaient à quelque 50%. On considère donc, à partir des années 1870, qu’il est nécessaire de mieux recenser et repérer les criminels pour le risque qu’ils représentent pour la société moderne.
En 1879, un petit employé de la préfecture de Paris, Alphonse Bertillon, entreprend d’élaborer une méthode anthropométrique, fondée notamment sur des mensurations. M. Bertillon a laissé son nom dans l’histoire (et pas que pour de bonnes raisons) et sa méthode d’identification, assez compliquée, assez controversée, connaîtra toutefois un certain succès à partir de la fin du 19ème siècle, sous la 3ème République.
Individualiser les foules.
En fait – et il semble que Bertillon ne connaissait pas ce travail – en 1823 un dénommé Purkyné, présenté comme fondateur de l’histologie, avait déjà décrit, dans un mémoire professionnel, le fait qu’il n’existe pas d’individus ayant des empreintes digitales identiques. Mais son observation ne sera pas exploitée. Ce qui intéresse Purkiné ce ne sont pas les possibilités d’application de sa découverte au champ du contrôle des populations, mais ses implications en termes de connaissances médicales. Le souci de traquer l’individualité est donc ici un souci d’ordre strictement scientifique et non politique et sécuritaire.
En fait, l’identification par empreintes digitales – car c’est ce principe qu’il avait donc découvert – va être promue entre 1860 et 1880 par un fonctionnaire anglais qui redécouvre, par hasard, ce procédé et sa grande utilité pour identifier des individus analphabètes dans la colonie anglaise où il officie. Grâce à Sir William Herschel, une foule indistincte bengali devient donc, grâce à l’empreinte digitale, une série d’individus repérables.
Identifier c’est contrôler.
Identifier, c’est à coup sûr exercer un travail de contrôle des personnes qui dépasse les individus en question et, la plupart du temps, également les initiateurs des techniques mises en œuvre pour y parvenir. L’exemple le plus parlant à cet égard est peut-être celui, en France, du numéro d’identification qui deviendra le numéro de sécurité sociale après bien des péripéties de fichage, notamment des populations juives, puisque ce numéro pensé et créé dans les années 40, sous le régime de Vichy, poursuit ensuite une carrière d’outil de résistance, puis s’en va en Algérie connaître des avatars racistes et antisémites avant de finir sa trajectoire en devenant le numéro qui nous est attribué à tous et nous identifie.
Nous avons avec l’histoire du numéro de sécurité sociale un véritable miroir des rapports complexes qui caractérisent l’État français et sa population, entre 1930 et quelques et 1945.
Identifier pour neutraliser « du » risque.
Nos techniques et nos modèles d’identification non seulement sont le produit des sociétés qui les imaginent mais les éclairent. Pour l’affaire de l’identitio-vigilance, cette société est sans aucun doute une société qu’on pourrait qualifier de société du risque. Identifier afin de neutraliser du risque : voilà ce qui caractérise cette activité sociale d’identification.
Mais de quel risque s’agit-il ? Envers quoi faut-il être vigilant ? Suite au prochain numéro à partir de la lecture des textes sur la sécurité à l’hôpital.


1 réflexion sur « Identifier pour surveiller (1/X). »

  1. Ping : Baptiste Coulmont » Tout le monde en liste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.