L’écriture ou la vie, as ever.

Un an plus tard, je déménage mon blog pour le faire accoster sur Hypotheses sans accent. Même projet : il sera ici aussi question de médecine, de santé, de maladie (de cancer puisque c’est ce que je préfère) et de sociologie. Directement ou de façon détournée.

J’ai envie d’emprunter à Max Weber – qu’on ne lit plus guère je crois – mon entrée en matière d’Hypothese, toujours sans accent. Voici une petite citation – introductive – extraite de son ouvrage « Le savant et le politique », portant sur l’émergence d’une idée dans un cerveau bien fait, loin de toute épistémologie classique mais fort pragmatique et judicieuse.

« Normalement, le surgissement d’une idée se prépare uniquement sur la base d’un travail acharné. Certes il n’en est pas toujours ainsi. L’idée qui survient à un dilettante peut avoir, au plan scientifique, une portée parfaitement identique à celle du spécialiste, et même parfois plus grande. Nous devons d’ailleurs beaucoup de nos meilleures problématiques et connaissances à des dilettantes. Le dilettante ne se distingue du spécialiste – suivant le jugement de Helmholtz sur Robert Mayer – que par l’absence de sûreté dans la méthode de travail et très souvent, en conséquence, par l’incapacité de vérifier et d’apprécier la portée de l’idée qui lui est venue ou encore de mener celle-ci à bonne fin. Si le surgissement de l’idée ne remplace pas le travail, celui-ci de son côté ne peut remplacer ni forcer le surgissement de l’idée, pas plus d’ailleurs que ne le peut la passion. Mais le travail et la passion l’appellent, et surtout les deux à la fois. Néanmoins elle ne jaillit pas quand nous le voulons, mais seulement quand elle le veut. Il est exact que nos meilleures idées nous viennent, suivant la description de Ihering, assis sur un canapé avec un bon cigare, ou bien, selon ce que Helmholtz a dit de lui-même avec une précision toute scientifique, en train de nous promener sur une route qui monte légèrement, ou en de tout autres circonstances analogues encore. En tout cas, elles nous viennent au moment où nous ne nous y attendons pas et nullement pendant le temps où, assis à notre table de travail, nous nous creusons la tête et cherchons. À vrai dire, elles ne nous seraient pas venues si l’on n’avait pas eu derrière soi cette réflexion obsédante et cette recherche passionnée. Quoi qu’il en soit, le travailleur scientifique est obligé de compter avec le hasard qui fait partie de tout travail scientifique: l’inspiration viendra-t-elle ou non? On peut être un travailleur remarquable et n’avoir pourtant jamais eu personnellement une idée importante. » J’en connais plein !

Quoi qu’il en soit, charité bien ordonnée etc. : je me souhaite plein d’idées à la faveur de cette nouvelle adresse. En les attendant, je reprendrai mon exergue fondateur, emprunté cette fois à Jorge Semprun :

«C’était excitant d’imaginer que le fait de vieillir, dorénavant, à compter de ce jour d’avril fabuleux, n’allait pas me rapprocher de la mort, mais bien au contraire m’en éloigner.»

On peut lire cela dans  » L’écriture ou la vie ». Ici, ce sera un peu les deux. Et cette phrase à peine codée – mais on peut aller lire Semprun pour décoder – résonnera sûrement un peu ici à partir d’aujourd’hui. Pour combien de temps? C’est justement la question qui anime ce blog. Damocles For Ever ou l’incertitude à tous les étages.

 

 


 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.