Affections de l’incertitude ou l’amour après.

Le 9 février dernier, j’ai posté un billet sur l’incomparable site de La Maison Réflexive dont j’ai été locataire un mois. J’avais oublié de le mentionner ici mais voilà : c’est fait.

Il s’agit d’un post qui traite de la façon dont on fait son coming out lorsque l’on tombe amoureux et -(mais??)- qu’on a eu un cancer. À la différence de la façon dont cette question a été abordée dans de nombreux travaux sur le sida – révéler ou non sa séropositivité et donc sa contagiosité – dans le cas du cancer, la transmission contenue dans le sujet n’est pas d’ordre biologique. En effet, le risque inclus dans cette information ne consiste pas à possiblement contaminer l’autre (sinon sur un mode symbolique) mais à affecter une rencontre amoureuse et ses inénarrables péripéties d’une incertitude viscérale.

On peut en lire le développement ici :

http://reflexivites.hypotheses.org/6834

<http://reflexivites.hypotheses.org/6834>