De la science, de la politique et du vent.

-Comment tu dis ? Séralini ? Avec ou sans accent ? Ça me dit quelque chose mais quoi… Non, je ne vois pas…
Et pourtant Gille Éric Séralini a défrayé la chronique en septembre dernier. Mais c’est tellement loin septembre dernier n’est-ce pas ? Allez un petit effort mental. Ah oui ! L’homme aux rats. Le prof de biologie moléculaire de Caen. Qui avait publié dans Food and Chemical Toxicology un papier sur l’apparition de tumeurs mammaires et de troubles hépatiques et rénaux chez les rats exposés au maïs transgénique NK603 et/ou à son herbicide associé, le RoundUp. Bon, reprends ta respiration. Je comprends que l’on oublie des choses pareilles hein. Elles étaient affreuses ses photos. Et puis, quand même, il a été contesté par la plupart des experts non ? Ah non ? Pas tous ? Et les conclusions, tu dis qu’elles n’étaient finalement tranchées ni dans un sens ni dans l’autre ? Mais les politiques quand même, il a été auditionné à Bruxelles alors si on n’en parle plus c’est que…
C’est que quoi au fait ?
Ce matin, LA radio relayait l’info selon laquelle Alain Lipietz, lui, s’en souvient au point de suspendre ses dons à la Fondation de l’avenir, à l’ARC, aux Instituts Gustave Roussy, Curie et quelques autres. En substance, il considère que l’argent qu’il leur a donné pourrait (devrait) aussi servir à poursuivre les recherches sur le caractère cancérigène de certains OGM dispersés dans la nature ou dans les aliments.
Il écrit : « Je m’attendais donc à une ruée de la recherche française en cancérologie vers des expériences tendant à confirmer ou infirmer celle de Séralini, et à les étendre à d’autres substances. Rien de tout cela n’apparaît dans vos bulletins. ».

Le vent est retombé ici ce matin.