Écrire de la science.

Puisque le temps m’est venu de remettre le pied à l’étrier de Damocles, je choisis de recycler des post que j’avais oubliés mais qui vieillissent honorablement. Natahalie Barney disait que redire une vérité ne la rend pas moins vraie. (Et rajoutait sauf peut-être pour celui qui la redit.) Sans m’étendre sur une notion de vérité qui m’est assez étrangère, je reprends toutefois ce propos à mon compte.
Le texte d’aujourd’hui est celui des recommandations de l’AVIESAN pour la signature des articles scientifiques dans le domaine des sciences de la vie et de la santé. Je recopie/colle le document car, comme je l’écrivais (donc) l’année dernière, ce sera évidemment bientôt d’actualité dans les SHS. De fait, je me trompais sur le « bientôt » car cela ne l’est toujours guère.
«La publication scientifique correspond avant tout à la mission de diffusion de la connaissance mais répond aussi à d’autres objectifs comme la justification des crédits qui ont servi à la produire ou l’obtention de nouveaux moyens. La signature d’un article scientifique est une reconnaissance de la paternité intellectuelle des résultats publiés et suppose une contribution significative à la conception ou à la réalisation des travaux présentés. L’importance de l’analyse des signatures des publications dans les processus de recrutement et de promotion des chercheurs peut être à l’origine de conflits au sein des laboratoires car les règles concernant la définition de la qualité d’auteur font rarement l’objet de discussions ouvertes.
Il n’est pas acceptable que les bureaux d’édition de journaux scientifiques reçoivent des plaintes émanant de chercheurs estimant soit que la place qu’ils méritent ne leur a pas été accordée soit que leur qualité d’auteur n’a pas été reconnue. Ces plaintes peuvent jeter un discrédit non seulement sur les auteurs mais aussi sur les institutions.
L’objectif des recommandations n’est pas de définir un cadre directif mais de rappeler les critères de la définition de la qualité d’auteur, telles qu’elles ont été formulées par les associations internationales des éditeurs de journaux scientifiques et médicaux confrontés à la multiplication du nombre des auteurs d’une part et du nombre croissant des conflits de signatures d’autre part.
Ces critères peuvent servir de base à la discussion au sein du laboratoire ou lors de collaborations, la véritable recommandation est d’envisager suffisamment en amont de la publication et de façon transparente, qui doit être auteur quel sera l’ordre des signatures en s’efforçant d’obtenir un consensus et une décision commune.
Rappel des règles internationales:
Définition de la qualité d’auteur:
Un auteur doit remplir les 3 conditions suivantes :
•1) Avoir joué un rôle substantiel dans la conception du projet et du protocole expérimental,
l’acquisition des résultats ou l’analyse et l’interprétation des résultats
•2) Avoir écrit la première version de l’article ou participé à la révision critique du contenu
intellectuel
•3) Approuver la version finale publiée et assumer la responsabilité du contenu
Certains journaux scientifiques encouragent à préciser en quelques lignes la contribution de chacun des co-auteurs ou exigent qu’elle soit précisée à l’aide d’un formulaire détaillé. Ceci dans le but de rendre transparente la responsabilité prise par chacun d’entre eux dans la partie de la publication qui dépend directement de leur contribution même si cette responsabilité reste globale pour l’ensemble des auteurs.
L’acquisition des financements du projet, la mise à disposition de locaux, la direction de l’Unité de recherche ne justifient pas en elles-mêmes la qualité d’auteur.
La contribution au travail sous forme d’exécution de tâches définies purement technique, d’aide à la rédaction, de collecte de données, de don de matériel, de soutien financier, doit être reconnue dans les remerciements Le rôle des personnes remerciées doit être précisé et les auteurs sont responsables de l’obtention de l’autorisation écrite de ces personnes qui peuvent être amenées à signer les formulaires de soumission des articles.
Les auteurs doivent également vérifier que tous les individus qui remplissent ces conditions sont co-auteurs de l’article car certains comportements comme l’oubli d’un auteur (ghost authorship) ou l’ajout d’un auteur non justifié (gift or guest authorship) constituent de réels manquements à l’intégrité scientifique.
Ordre des auteurs parmi les signataires de l’article:
Il n’existe pas vraiment de règle mais des conventions (même si l’analyse bibliométrique utilise souvent des coefficients différents suivant la place du signataire) et les « us et coutumes » peuvent différer d’une communauté scientifique à l’autre. Certains éditeurs précisent que la position des auteurs ne doit pas être interprétée par le lecteur à moins que la signification ait été indiquée par les auteurs!
Cependant, il est admis que l’ordre des auteurs doit refléter l’importance de la contribution de chacun. L’ordre des signatures doit être une décision commune et les auteurs doivent pouvoir l’expliciter. Les positions dont la signification sont les plus claires sont celle de premier et dernier auteur, le premier auteur étant celui dont la contribution a été la plus importante et souvent un chercheur « junior » et le dernier auteur le chercheur « senior » de l’équipe qui a guidé le projet.
La pratique de plusieurs co-auteurs « en premier » est admise et permet de résoudre la prise en compte pour la carrière des jeunes lors de collaborations notamment et il se dessine la possibilité de plusieurs « derniers » co-auteurs. Certains journaux exigent d’ailleurs que les manuscrits qui leur sont adressés soient accompagnés d’une déclaration signée par l’ensemble des coauteurs indiquant leur accord pour figurer comme signataires dans l’ordre indiqué, ce qui ne résout pas le problème des auteurs « oubliés » notamment lorsqu’ils ont quitté le laboratoire.
Lorsque la publication concerne une étude multicentrique, le ou les groupes doivent identifier les auteurs qui rempliront les critères définis précédemment et la liste de tous les participants figurera dans les remerciements.»
Voilà.
Si l’on souhaite se convaincre de manière plus analytique que l’importance de la signature dépasse largement le cadre des activités scientifiques, on peut toujours lire ou relire avec profit David Pontille et Didier Torny (qu’on pourra rencontrer lors de la journée publique de l’ASES sur l’Évaluation des E.C. qui se tiendra à l’amphi Durkheim à la Sorbonne le samedi 9 juin 2012 de 9h30 à 17h30).