La valeur « famille » au service d’une transparence lacunaire en cancérologie?

Les sciences sociales ont largement documenté le fait qu’une des valeurs essentielles de la médecine française est la famille et le reproduction de la vie : pour s’en convaincre on peut lire – par exemple et entre autres – Memmi, Paillet ou Dorlin. J’ai assisté l’autre jour à une conférence d’informations organisée dans le cadre de la future journée mondiale du lymphome. La place donnée aux problèmes de fertilité liés aux traitements utilisés pour traiter les cancers des jeunes adultes y était insigne. Cette observation rencontre l’intérêt porté à cette question par l’INCA (voir le rapport publié sur la question avant les vacances) ou diverses institutions européennes depuis quelques mois.
La valeur médicale « famille/reproduction » sera-t-elle, à son corps défendant, le cheval de Troie de la systématisation de l’information aux effets délétères à long terme des traitements anticancéreux ? Qui vivra verra.