Un médecin radié de l’Ordre.

Ça vient du grec et ça veut dire « belle mort ». Aujourd’hui, l’euthanasie désigne l’acte de provoquer le décès d’un malade incurable qui en fait la demande. Elle est autorisée au Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg, en Suisse, mais reste interdite en France. La loi Leonetti de 2005, permet aux soignants de cesser de soigner un patient en fin de vie ou de lui administrer des traitements à même de calmer la douleur mais aussi de provoquer la mort. En fait, cette loi autorise une forme de mise à mort passive que les partisans de l’euthanasie dénoncent comme des meurtres : euthanasies illégales pratiquées par des médecins sans l’accord du patient ou de ses proches.
Vous souvenez-vous que du 13 au 16 août 2011, on ne parlait que de ça ? « Débat sur l’euthanasie relancé » par ci, « La fin de vie c’est pas la mort » par là, et autres billevesées… Tout cela parce qu’un médecin bayonnais, le Dr Bonnemaison, était suspecté d’avoir mis fin aux jours d’au moins 4 patients âgés. Mis en examen pour « empoisonnement sur des personnes particulièrement vulnérables », il avait ensuite été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Une pétition a longtemps circulé sur Facebook pour défendre le médecin, évoquant un geste « d’humanité » et « d’amour », et pointant – ça mange pas de pain – les défaillances du système. A l’inverse, R. Aubry, président de l’Observatoire national de la fin de vie en 2011, déclarait : « c’est l’avis de la personne malade qui importe » et « un médecin qui confond ses convictions avec des certitudes, c’est dangereux ». La Croix annonçait à cette époque en titre que le débat sur la fin de vie était relancé. On allait voir ce qu’on allait voir et les futures présidentielles et blablabla etc. etc.
Aucune plainte n’avait été déposée par les familles des malades à cette époque et à ce jour c’est le même constat que fait la presse, visiblement étonnée de la chose. Le débat a fait pssccchhhttt. Va-t-il revenir aujourd’hui que le Docteur Bonnemaison vient de se faire radier de l’Ordre des médecins ? Car enfin, il est difficile de se passer, n’est-ce-pas, d’un si beau débat en démocratie.