Le coureur engagé.

Un faux ami tel qu’on me l’a enseigné dans mes petites classes, c’est un mot qui ressemble à un autre et donc à un sens qu’on aurait envie de lui attribuer spontanément mais qui pourtant n’a rien à voir avec lui. Les faux-amis se repèrent communément dans des langues étrangères l’une à l’autre. Un exemple ? Dessert et deserve : 3ème personne au présent du verbe desservir en français et verbe de dignité en anglais.

Dessert. Une cause par exemple.

Armstrong dessert la cause des survivants du cancer. J’avais écrit le 17/01/2013 un billet sur le sujet que je signerais encore aujourd’hui des deux mains.

Deserves. Un mérite par exemple.

Armstrong deserves our forgiveness and indulgence for he gave so much to cancer survivors.

Si Armstrong était un faux ami des malades et survivants du cancer, ça ne daterait pas d’aujourd’hui. Mais comme toujours, les choses sont plus complexes que ce qu’en disent les journaux. Alors déplaçons la lampe une fois encore.

Armstrong qu’on avait vu disparaître de l’organigramme de son association ‘Livestrong’ après être passé aux aveux de sa forfaiture cycliste le 17 janvier 2013, a accepté en mai dernier (selon le storytelling qui continue de nourrir toute la biographie officielle de l’ex-champion) l’invitation de Geoff Thomas, ancien footballeur anglais. Celui-ci l’a convié à courir, lors de l’édition 2015, sur deux étapes préliminaires du Tour afin de lever des fonds pour financer la recherche contre (sic) « la leucémie des jeunes ». Pourquoi pas le cancer du sein des vieilles, de la prostate des vieux ou du testicule des cyclistes ? On peut s’interroger. Il n’y a pas que des jeunes qui ont des cancers. Loin s’en faut même, épidémiologiquement parlant. D’ailleurs, le cas de G. Thomas, 60 ans, lui-même atteint d’une leucémie il y a quelques années, en atteste.

Quoi qu’il en soit, cette participation du cycliste survivor s’est inscrite dans une actualité riche, comme c’est parfois le cas avec le Tour de France. À cet égard, j’ai été étonnée de le voir réagir publiquement à la prestation de Christopher Froome dans les termes que les amoureu/ses/x du Tour connaissent et rester muet sur le diagnostic d’Ivan Basso, de la formation Tinkoff (et voilà qu’hier soir, un tweet nous informait qu’il lui avait téléphoné aujourd’hui même : il a dû me voir venir). De fait, les sujets dont s’empare le champion déchu donnent du grain à moudre pour qui a envie de sortir un peu des commentaires journalistiques à très très très moyenne portée concernant les raisons de sa présence ces jours derniers sur la Grande Boucle.

Grande boucle : voilà une métaphore bien tentante pour ce billet. La boucle semble en effet bouclée pour l’ancien champion et du vélo et du cancer puisqu’il paraît désormais indésirable sur l’un et l’autre de ces/ses registres officiels. En effet, sa présence lors de ces deux jours sur le Tour a été plutôt controversée. Armstrong ferait-il le difficile apprentissage du rachat de vertu ? Il faut lire les commentaires qui suivent l’article du New York Times de vendredi dernier sur le sujet pour saisir que, même dans son pays, la chose va être difficile. En gros, ses compatriotes lui conseillent de se faire oublier.

Au-delà de ce constat, je suis tout à fait frappée de constater que la cause officielle défendue disparaît de tous les commentaires autorisés : ceux des journalistes bien sûr, mais aussi des politiques ou du « menteur » lui-même comme l’appelle Juliet Macur dans un ouvrage où je puise quelques données factuelles sur l’engagement du coureur (Cycle of Lies: The Fall of Lance Armstrong). Le cancer, la leucémie, les jeunes, les survivants, le vivre-après, tout cela s’efface derrière un thème majeur : devait-IL revenir comme si de rien n’était ? Et là, l’entreprise morale – au sens très large : journalistes, spectateurs, responsables de la course etc. – fourbit ses armes en arguments plan-plan (relevés œcuméniquement à la fois dans Libé, Le Monde, The Guardian, le NYT entre autres) qui concernent tous plus ou moins le fait qu’ayant été dopé et ayant donc usurpé ses titres, il n’a plus aucune autorité pour faire la promotion de la lutte contre le cancer.

Il faudrait donc avoir un casier vierge pour défendre cette cause ? Depuis quand ? Je trouve intéressant de mettre en perspective cette donnée dans le faux débat qui entoure le retour d’Armstrong de quelques heures sur le Tour de France.

S’il y a un vrai conflit moral entre la cause officielle de l’engagement du coureur à propos du cancer et les moyens utilisés pour la mettre en scène, on dirait que cette notion de conflit moral est flexible car on ne relève rien de bien nouveau sur l’engagement d’Armstrong dans cette cause. Jugez plutôt.

C’est à l’automne 1996 qu’on lui découvre son cancer et il se fait soigner dans la foulée à Austin et c’est son manager, Stapleton, qui lui suggère, toujours dans la foulée, de créer une fondation. En 1997, Livestrong est officiellement créé. À cette époque, le coureur n’est pas encore très connu même s’il a gagné le championnat du monde sur route en 1993. Il revient sur le Tour 3 ans après son diagnostic, en 1999, et un an après le scandale Festina. À l’époque, je vivais à Philadelphie et je suivais cette histoire de scandale de là-bas : dans le milieu du vélo, bien que peu développé, je me souviens que les commentaires sur la pédale en Europe et en France y étaient peu amènes. En plus, « on » avait gagné la coupe du monde de foot. Le French bashing – qui sera souvent la réponse de l’environnement d’Armstrong à la mise en cause de sa probité par le presse – était déjà à l’œuvre sur place mais peu audible encore dans l’hexagone.

De 1999 à 2005, il gagne 7 Tours de France : toutes ces victoires lui seront retirées en octobre 2012. Un des artisans de cette déchéance est un journaliste sportif, irlandais, David Walsh, qui publie, notamment le 1er en 2004 avec un journaliste français : Ballester, plusieurs ouvrages sur le programme de dopage de l’équipe d’Armstrong.

Quand on regarde simultanément sa carrière de sportif et d’homme engagé, on voit que le cancer a toujours permis à l’ex-champion d’attirer l’attention sur un aspect valorisant de sa biographie quand les doutes, sinon les soupçons, s’accumulaient, précisément, sur son axe sportif. Un mois avant la publication du livre de Walsh et Ballester intitulé « L.A. confidentiel : les secrets de Lance Armstrong », Nike (la marque) et Livestrong (l’association) décident de vendre des bracelets jaunes sur le Tour afin de permettre à la Fondation de financer des programmes de soins et de recherche – déjà – en faveur des jeunes atteints de cancer. Selon Macur – qui, elle, est journaliste de sport au NYT – « cette campagne ‘Portez du Jaune’ permettrait d’éclipser l’ouvrage à charge de Walsh dont la sortie était prévue pour le 15 juin, deux semaines avant le départ du Tour. Ce jour là, la Fondation Armstrong publia un communiqué de presse demandant à tous les américains de porter du jaune le 16 juin pour afficher leur soutien aux personnes atteintes de cancer. »

De 2002 à 2005, année de la 7ème victoire du coureur survivor, les recettes de la Fondation ont dépassé 63 millions de $. En 2005, Nike décide même devant ce succès de lancer une ligne de vêtements ‘Livestrong’ avant de faire machine arrière à cause du succès même de l’entreprise nuisant aux autres disciplines sportives financées par la marque. L’autobiographie du coureur – « Il n’y a pas que le vélo dans la vie » – est dévorée par les cancer survivors américains.

Alors quand le journal L’Équipe publie en une le 23 août 2005 « Le mensonge d’Armstrong» révélant au terme d’une enquête réalisée à partir des échantillons d’urine du coureur depuis 1999, que ceux-ci s’étaient révélés positifs à l’EPO, les nouvelles accusations soulèvent, une fois de plus, bien des débats. Armstrong se fait inviter dans le « Larry King Live » pendant plus d’une heure pour démentir le statut de tricheur qui lui est à nouveau assigné.

Son argument final est qu’il est « propre » parce qu’il est un héros du cancer.

Dans un procès qui s’ensuivit (je vous passe les détails car c’est complexe et la partie juridique n’est pas mon point ici), un témoin décrit une consultation informelle ayant eu lieu en 1996 à l’hôpital, là où Armstrong se fait soigner pour son cancer. Le 28 octobre de cette année donc, un cancérologue débarque dans la chambre pour demander au coureur s’il a pris des produits dopants par le passé (question qui, médicalement, est loin d’être neutre et que de nombreuses publications s’interrogent sur le lien entre dopage et cancer). Il a quelques visiteurs autour de lui, teste le degré de confiance à leur attribuer et choisit de répondre à cette question devant eux. Et la réponse consignée dans la mémoire du témoin est la suivante : Armstrong déclare qu’il a pris « de l’hormone de croissance, de la cortisone, de l’EPO, des stéroïdes et de la testostérone ».

Entre-temps, juste avant l’audition de ce témoin, un de ses cancérologues, Craig Nichols, a déclaré sous serment qu’il n’avait aucun souvenir des aveux d’Armstrong lors de cette interaction. Quelques mois auparavant, la Fondation Lance Armstrong avait fait don de 1,5 million de $ à l’École de médecine de l’Université de l’Indiana. Macur précise : «  ce don permettait de financer une chaire d’oncologie pour Lawrence Einhorn, le principal cancérologue d’Armstrong ». Quant à Nichols, qui était également membre du conseil d’administration de Livestrong, il fournit une déclaration sous serment où il déclare, entre autres : « Si Lance Armstrong avait pris de l’EPO pour améliorer ses performances, je n’aurais pas manqué de remarquer des différences dans ses examens sanguins ». Armstrong gagna ce procès-là. Mais comme on le sait, ce ne sera pas le dernier et il finira par perdre après des années de dénégation. En attendant, il devient pendant un temps très influent dans la cause politique du cancer, notamment en traversant le Texas dans une campagne qui aurait pu le mener à une candidature au poste de Gouverneur comme il en avait exprimé le souhait s’il n’avait décidé finalement de re-courir sur le Tour, notamment en 2009. En parcourant cet État pour s’adresser aux électeurs puis en prenant ensuite la parole devant la Chambre des représentants du Texas, il obtient le vote d’un amendement en faveur de la lutte contre le cancer et une substantielle somme dévolue à cette cause.

Les typologies sociologiques qui classent et qualifient l’engagement ont peu traité le modèle personnifié par Armstrong et son environnement socio-professionnel alors qu’il n’est peut-être pas si rare que cela.

Notre coureur est incontestablement engagé dans la cause du cancer, même si cette cause peut sembler assez floue. Macur cite cette déclaration : « Ils peuvent tout me prendre (…) mais ils n’ont pas intérêt à toucher à Livestrong. Putain, mon pote, putain ! Livestrong c’est la seule chose que j’aie jamais faite proprement ».

Comme un certain nombre de fondations, sa fonction consiste principalement à apporter de l’argent à la lutte contre le cancer : pour créer des chaires et pour aider la recherche principalement. Mais ça n’est pas la seule. Le message moral qui accompagne cette entreprise est assurément celui du malade héros : celui qui s’en sort, incarné sur un mode même pas subliminaire par le demi-dieu Armstrong lui-même.

Au final, la première cause de l’engagement se révèle celui-là même qui l’a inspirée. Et depuis le début. Alors oui : Armstrong coureur engagé et faux ami des survivants du cancer ; sans qu’il y ait quoi que ce soit d’antinomique dans cette posture depuis le début de cette aventure. À suivre.

 

Affections de l’incertitude ou l’amour après.

Le 9 février dernier, j’ai posté un billet sur l’incomparable site de La Maison Réflexive dont j’ai été locataire un mois. J’avais oublié de le mentionner ici mais voilà : c’est fait.

Il s’agit d’un post qui traite de la façon dont on fait son coming out lorsque l’on tombe amoureux et -(mais??)- qu’on a eu un cancer. À la différence de la façon dont cette question a été abordée dans de nombreux travaux sur le sida – révéler ou non sa séropositivité et donc sa contagiosité – dans le cas du cancer, la transmission contenue dans le sujet n’est pas d’ordre biologique. En effet, le risque inclus dans cette information ne consiste pas à possiblement contaminer l’autre (sinon sur un mode symbolique) mais à affecter une rencontre amoureuse et ses inénarrables péripéties d’une incertitude viscérale.

On peut en lire le développement ici :

http://reflexivites.hypotheses.org/6834

<http://reflexivites.hypotheses.org/6834>

 

Hot Charity

Nous avons quitté l’événement il y a 3 mois mais on va peut-être en reparler en France bientôt ? Sur un mode plus documenté ? Qui sait… Alors que nos collègues, souvent des femmes, anglo-américaines travaillent depuis déjà des années sur ce fameux « Octobre rose », on ne connaît guère dans l’hexagone l’ampleur de l’entreprise.
Grâce @mapav8, j’apprends ce matin que Lea Pool va sortir dans quelques jours un film consacré au sujet. Pink Ribbons, Inc. de Samantha King a précédé ce travail d’images et a visiblement inspiré une réalisatrice qu’on connaît bien en France lorsqu’on a fréquenté le festival international de films de femmes de Créteil à l’époque de Anne Trister.
Bon, là je peux me permettre je crois de recycler un billet que j’avais écrit sur mon ancien blog à ce sujet.
Octobre rose c’est, comme l’on dit sobrement, un mois de sensibilisation au cancer du sein. D’où ça vient ? Souvent on cite Estee Lauder mais c’est seulement en 1993, que Ms (oui oui : Ms, pas Miss ou Mrs) Evelyn H. Lauder (la mère si je me souviens bien?) se lance dans l’aventure en créant aux USA la « Breast Cancer Research Foundation » et s’engage dans la promotion de ce mois d’octobre Pink. Si ça vous intéresse, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, cette année Estée Lauder a créé plusieurs produits pour Octobre Rose 2011 : 2 tubes de rouge à lèvres « Pure Color» à 24€, 1 sérum correcteur de rides et de tâches « Perfectionist» à 105 € et 1 pin’s « Ruban Rose» pourvu de cristaux Swarovski à 15 €. Ces objets sont vendus avec un accessoire « Ruban Rose », symbole de la lutte contre le cancer du sein. « Think before you pink » : réfléchis avant de t’adonner au ruban rose prévient Breast Cancer Action pour qui il s’agit d’une arnaque totale.
En fait, le National Breast Cancer Awareness Month (NBCAM) a été créé en 1985 par l’Imperial Chemical Industry (ICI), un organisme qui est basé à Londres – ce qui explique que la Grande-Bretagne ait été pionnière en Europe dans la mise en place du mois d’octobre – mais il sera bien vite repris par une de ses succursales bien connue dans le domaine de la cancérologie, le laboratoire Zeneca qui produit le tamoxifène, vous savez : le médicament anticancéreux le plus vendu au monde. Cette initiative d’ICI puis de Zeneca représente une vaste campagne de promotion privée – qui comprend bien entendu aujourd’hui de nombreux participants publics (Ms Bachelot habillée en rose, ça ne vous dit rien ?) – immense campagne de promotion donc en faveur de la détection précoce du cancer du sein. Il s’agit d’une initiative qui présente, de fait, le dépistage comme la seule approche de santé publique en faveur du cancer du sein. Inutile de préciser que les activistes environnementalistes – qui considèrent que l’on doit également rechercher les causes du cancer (pollution, pesticides etc) et agir sur ces causes si l’on veut combattre le cancer du sein – ne soutiennent guère cette entreprise. Ils la soutiennent d’autant moins cette entreprise qu’ils ou elles (les activistes) la soupçonnent d’être : à un bout de la chaîne productrice d’agents carcinogènes et, à l’autre bout, productrice des médicaments censés traiter le problème.
——————
À ma connaissance, on ne solde pas en matière de charité donc vous trouverez tout cela au même prix qu’en octobre dernier,concrètement en cliquant sur le lien suivant: http://url.exen.fr/47583/
J’attends avec impatience la sortie du film en France.