Le savant, le banquier, le journaliste; et nous autres.

Les cancérologues français l’adorent : c’est THE lieu à fréquenter chaque année. Késako? Eh bien l’American Society of Clinical Oncology qui tient son congrès international tous les ans, à Chicago, avec un succès qui ne se dément pas. Tous les ans, une grande découverte est révélée au congrès de l’ASCO. Un peu comme avec l’AFS.
L’année dernière, il s’agissait de l’Aromasine qui, en prévention, était censée réduire le risque de cancer du sein de 65%. Dit comme ça, ça faisait rêver et c’était dit à peu près comme ça.
Techniquement parlant, cette étude nous était présentée en 2011 comme étant la première à étudier cet inhibiteur de l’aromatase, en prévention, sur des femmes en bonne santé, ménopausées mais à haut risque de cancer du sein. Cette annonce importante avait donc été faite le 5 juin à l’ASCO et publiée dans l’édition en ligne du 4 juin du New England Journal of Medicine: l’Aromasine réduisait de 65% le risque de cancer chez ces femmes particulièrement vulnérables. Cette étude clinique importante, internationale, randomisée et en double aveugle de phase III avait été menée sur plus de 4.560 femmes de différents sites situés à travers les États-Unis, le Canada, la France (LA FRANCE) et l’Espagne. Il s’agissait de la première étude randomisée à évaluer un inhibiteur de l’aromatase comme un agent de prévention du cancer du sein, chez des femmes en bonne santé. Depuis juin dernier, on n’en a plus entendu parler sinon sur les forums de patientes qui s’étaient vu prescrire l’Aromasine.
Cette année ? Eh bien cette année (en fait l’ASCO c’est encore mieux que l’AFS parce que c’est tous les ans), c’est le Zytiga qui fait la une du côté des hommes avec la découverte d’un nouveau traitement qui freine (on a dit « freine », pas « stoppe ») la propagation de cancers métastasés de la prostate de près de 60 % chez des hommes ne répondant plus aux thérapies hormonales et pas encore traités avec de la chimiothérapie. On trouve également des déclarations prometteuses sur « l’émergence d’une nouvelle classe d’armes anti-cancer ciblées », d’autres sur le cancer de la peau et puis on vante aussi le retour, victorieux cette fois, de l’hormonothérapie.
Le problème avec ce type de congrès, c’est justement qu’on ne peut guère en vanter l’existence sans en promettre monts, merveilles et rédemption alors même que leur excellence et leur mérite sont ailleurs que dans les paillettes de cette communication qui a juste pour vocation d’augmenter les dividendes et investissements des laboratoires. Un exemple parmi d’autres : le 4 juin dernier, à contre-courant du marché, Roche cotait en hausse après la présentation d’une série de données encourageantes pour la boutique à l’occasion du fameux congrès ASCO. Il faut dire que quelque 900 médicaments anticancéreux font régulièrement l’objet d’essais cliniques.
De l’autre côté du poste ou du journal, nous autres profanes recevons ces nouvelles, ce monde de faits, sans contrôle aucun sur la rhétorique qui les construit en réalité(s). Et l’idée des « progrès de la science » demeure, d’année en année, de congrès en congrès, notre réalité publique. J’attends avec grand intérêt un compte-rendu d’ASCO qui nous dirait simplement : « on bosse comme des malades, mais rien : rien d’innovant, pas une molécule, rien d’intéressant à proposer en termes de résultats cette année. Va falloir attendre l’année prochaine… ».