Être avec le malade 6. Le merveilleux atelier de Colette Durieu

Pour Elsa

De même qu’il y a peu voire pas d’écrits sur les « accompagnant.e.s », selon le mot utilisé par L., qui vient enrichir le lexique désignant celleux qui sont à côté du malade, de manière plus ronde et douce que proches ou aidants, il existe peu d’écrits, travaux ou témoignages, sur la rééducation des aphasiques et hémiplégiques. Il y a pléthore d’ouvrages, manuels et articles de neurotout, sur les vaisseaux les artères les lobes les lésions les neurones les parenchymes les ventricules, etc., qui ne m’apprennent rien, je veux dire qui ne me donnent pas de petites lumières pratiques ou affectives pour soutenir ce chemin d’à côté, le long duquel je suis installée. Et j’ai besoin de petites lumières. Lire la suite