La deuxième addiction au tabac dans un paquet neutre.

On me dit que le paquet de cigarettes va devenir – je cite – « neutre ». Que notre Président a lui-même pris cette décision. Neutre, cela signifiera demain un paquet tout blanc, sans marque et avec des inscriptions de mauvais augure. Genre tumeur et autres spectres de « fumer tue ». Je rentre de Londres où le paquet de clopes coûte plus de 8 euros. Je ne sais pas combien il coûte de ce côté-ci de la Manche mais mon collègue fumeur a franchement toussé en découvrant ce prix.

Après avoir lu « Golden Holocaust » de Robert Proctor, je confirme ce que, dans le fond, tout le monde sait – selon un principe d’ignorance concertée –  que s’il n’y avait qu’une seule raison d’arrêter de fumer, elle serait politique. Mais pas comme on l’entend au gouvernement.

La cigarette est le produit manufacturé le plus meurtrier de l’histoire de notre civilisation parce que l’industrie du tabac excelle, sciemment, à nous empoisonner et à nous tromper avec, le cas échéant, notre consentement. Big Tobacco conçoit ses cigarettes pour créer et entretenir l’addiction de ses consommateurs. Voilà, entre autres choses, ce que montre de manière convaincante Proctor à partir de l’histoire de la conception de la cigarette, celle du discours qui la porte mais aussi de la science qui la rend possible.

Des intellectuels plus ou moins connus et reconnus ont participé (parfois à leur insu mais dans leur « je ne savais pas » réside une pauvreté d’esprit étonnante) à cette entreprise. Les cigarettiers ont en effet dépensé des milliards de dollars pour que l’on pense que fumer relève d’une forme de liberté d’existence et constitue un droit inaliénable. On apprend, à travers cette histoire, d’où vient la cigarette en chocolat ou pourquoi c’est si facile d’avaler la fumée d’une cigarette contrairement à celle du cigare ou de la pipe… et évidemment pourquoi la plupart des fumeurs n’aiment pas fumer : l’entreprise d’empoisonnement est extrêmement raffinée…

Mais revenons au paquet « neutre » qui va faire parler de lui au moins quelques minutes ou entrefilets dans les rédactions. Les quasi neuf dixièmes du prix d’un paquet de cigarettes sont des taxes. Cette taxation par les États constitue ce que Proctor nomme « la deuxième addiction au tabac ». Les gouvernements du monde entier sont dépendants de cette manne fiscale à travers un calcul non seulement cynique mais guère viable à terme. Mais on navigue à vue et l’avenir c’est pour les vieux. Ce futur paquet n’a décidément rien de neutre.

Ne pas fumer de tabac manufacturé, c’est évidemment un comportement politique.