Une médecine secourable et compatissante.

Comme je ne sais pas comment insérer un lien qui vous enverrait illico sur youtube (je sens que je vais me faire virer de la plateforme à confesser des choses pareilles) et la séquence tordante d’ « On connaît la chanson » sur la thèse, je vous en livre le dialogue :
Sabine Azéma : J’t’ai dit qu’elle soutenait sa thèse le 28 ? j’te l’ai dit non ?
Jean-Pierre Bacri : Ah bon ? Mais euh une thèse sur quoi ?
Agnès Jaoui : Euh, pfff une thèse euh … sur rien.
Jean-Pierre Bacri : Ah ben c’est bien, ça prend pas beaucoup de temps ca !
Sabine Azéma : Mais non c’est Les Chevaliers De L’an Mille Du Lac Des Paysans.
Agnès Jaoui : Non non Odile c’est pas du tout ça !
Sabine Azéma : C’est pas du tout ca ? ben vas-y c’est quoi ?
Agnès Jaoui : Les Chevaliers-Paysans De L’an Mil Du Lac De Paladru
Sabine Azéma : Ben qu’est-ce-que j’ai dit? J’ai pas dit ca ?
Agnès Jaoui : Non !!!
Jean-Pierre Bacri : Au lac de ?
Agnès Jaoui : Paladruuuuu !!
Jean-Pierre Bacri : Mais euh … excuse moi, mais y’a des gens que ça intéresse ?
Agnès Jaoui : Non personne …
Jean-Pierre Bacri : Mais pourquoi t’as choisi ce sujet ?
Agnès Jaoui : Pour faire parler les cons
Sabine Azéma : Ben Camille !
Jean-Pierre Bacri : Tu sais moi je demandais ça, c’est plus une formalité qu’autre chose.
Agnès Jaoui : C’est bien ce que j’avais compris !
Jean-Pierre Bacri : Puis à part ça, faut être un peu indulgent avec les cons…
Agnès Jaoui : J’fais ce que je peux !
J’en ai rencontré de ces personnages à la Bacri qui plastronnaient : « Ah ben c’est quoi ça la sociologie de la maladie ? La maladie c’est un truc de médecine, pas de sociologie ! ». Eh bien futur cadavre, sache que ça permet d’établir une petite différence que l’on oublie souvent de faire entre la maladie vue comme un état biologique et la maladie vue comme un état humain et social. Que si la maladie existe en tant qu’état physique, indépendamment de la connaissance et de l’évaluation humaines, ces dernières créent la maladie en tant qu’état social. C’est ça que j’aurais dû répondre à l’époque sur un mode pédagogique…
J’ai un exemple tout chaud en cette veille de 15 août (un petit problème de compétence technique que je viens de résoudre et j’en suis d’ailleurs très fière me fait éditer ce billet 2 jours plus tard) qui me fait penser à cette bonne vieille distinction souvent oubliée au profit d’une vision très médico-centrée de la maladie. Bon, c’est un exemple tordu car il emprunte au modèle animal mais ça le rend finalement encore plus riche. Un vétérinaire vient de diagnostiquer une leishmaniose à une de mes chiennes : la petite Fanzine. Ce diagnostic – qui sera confirmé avec le résultat des analyses de sang « qui sont parties à Paris » (sic) – ne modifie pas le comportement de mon toutou adoré. Cette maladie est pour elle l’épreuve d’un état physique, rien de plus. En revanche, ce diagnostic a modifié ma conduite à moi dans la mesure où j’ai littéralement ajouté un état social à l’état physique de ma Fanzine en assignant le sens que va prendre sa future maladie lorsque ses troubles seront officiellement évalués avec le résultat de ses analyses. Indiscutablement, la médecine vétérinaire, à la différence de la médecine humaine, ne crée pas les possibilités pour les animaux de se conduire en malades. Mais en revanche, pour leurs maîtres et maîtresses, il y a assurément quelque chose de cet ordre d’un état de sens ajouté, à tout le moins d’une responsabilité sociale augmentée.
Je déteste la Méditerranée : Fanzine rentre d’une semaine de baignade dans les environs de Porquerolles et c’est là qu’elle s’est fait piquer et contaminer et voir signer une espérance de vie sans doute bien raccourcie si l’on en croit les experts rencontrés cet après-midi. Qui se sont toutefois montrés bien plus secourables et compatissants que nombre d’experts es médecine humaine.