En définitive.

Les définitions de la situation, comme disait William Thomas, sont très différentes selon les individus (en sociologie on dit parfois « acteurs sociaux »!). Ce qu’on appelle donc le théorème de Thomas, c’est au premier abord tout simple puis, quand on en saisit les implications, ça peut finalement nous entraîner loin : « quand les hommes perçoivent une situation comme réelle, celle-ci est réelle dans ses conséquences ». Dans le cas, allez au hasard : d’une maladie, la définition de la situation n’est pas la même pour le médecin que le malade ou, a fortiori, pour l’employeur. Dans n’importe quelle interaction c’est le même principe qui est mis en œuvre.
Ce que dit le théorème de Thomas, c’est que les comportements des individus s’expliquent par leur perception de la réalité et non par la réalité elle-même (nous supposons donc qu’elle existe). Sa formule la plus célèbre est: « If men define situations as real, they are real in their consequences ».
C’est en 1923 qu’il présente dans The Unadjusted Girl, sa notion de définition de la situation. La définition de la situation c’est le moment préalable à l’action, au cours duquel l’individu examine la situation à laquelle il fait face et réfléchit à ce qu’il souhaite faire. Contrairement au modèle behavioriste, il affirme ainsi que l’action n’est pas la réponse automatique à un stimulus, mais qu’elle résulte d’un point de vue particulier sur une situation donnée. Thomas considère notamment que les individus tendent à définir la situation de façon hédoniste, tandis que la société leur enjoint de la définir de façon utilitaire, notamment en plaçant la sécurité au premier plan.
Si la définition de la situation qu’un individu produit constitue un préalable à son action, alors pour saisir les comportements individuels il ne faut pas se référer à « la » réalité mais à la façon dont les individus la perçoivent. Pour l’exemple biographique, je rappelle que William Thomas fut un jour exclu de l’Université où il enseignait (en l’occurrence Chicago) après avoir été surpris dans un hôtel avec, comme l’écrit Chapoulie, « une femme qui n’était pas la sienne ».
Comment savent-ils/elles qu’ils/elles définissent la situation correctement ? C’est la question que m’intéresse en ce moment au sujet des bioéthicien.ne.s.
Affaire à suivre.