Un médecin radié de l’Ordre.

Ça vient du grec et ça veut dire « belle mort ». Aujourd’hui, l’euthanasie désigne l’acte de provoquer le décès d’un malade incurable qui en fait la demande. Elle est autorisée au Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg, en Suisse, mais reste interdite en France. La loi Leonetti de 2005, permet aux soignants de cesser de soigner un patient en fin de vie ou de lui administrer des traitements à même de calmer la douleur mais aussi de provoquer la mort. En fait, cette loi autorise une forme de mise à mort passive que les partisans de l’euthanasie dénoncent comme des meurtres : euthanasies illégales pratiquées par des médecins sans l’accord du patient ou de ses proches.
Vous souvenez-vous que du 13 au 16 août 2011, on ne parlait que de ça ? « Débat sur l’euthanasie relancé » par ci, « La fin de vie c’est pas la mort » par là, et autres billevesées… Tout cela parce qu’un médecin bayonnais, le Dr Bonnemaison, était suspecté d’avoir mis fin aux jours d’au moins 4 patients âgés. Mis en examen pour « empoisonnement sur des personnes particulièrement vulnérables », il avait ensuite été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Une pétition a longtemps circulé sur Facebook pour défendre le médecin, évoquant un geste « d’humanité » et « d’amour », et pointant – ça mange pas de pain – les défaillances du système. A l’inverse, R. Aubry, président de l’Observatoire national de la fin de vie en 2011, déclarait : « c’est l’avis de la personne malade qui importe » et « un médecin qui confond ses convictions avec des certitudes, c’est dangereux ». La Croix annonçait à cette époque en titre que le débat sur la fin de vie était relancé. On allait voir ce qu’on allait voir et les futures présidentielles et blablabla etc. etc.
Aucune plainte n’avait été déposée par les familles des malades à cette époque et à ce jour c’est le même constat que fait la presse, visiblement étonnée de la chose. Le débat a fait pssccchhhttt. Va-t-il revenir aujourd’hui que le Docteur Bonnemaison vient de se faire radier de l’Ordre des médecins ? Car enfin, il est difficile de se passer, n’est-ce-pas, d’un si beau débat en démocratie.

Les testicules d’Armstrong.

Ce mec a, quoi qu’on en dise, des couilles en or. D’ailleurs, on les lui a opérées deux fois puis soumises à des chimiothérapies hors de prix – mais offerte à l’Université de l’Indiana – car plus que plus qu’innovantes alors qu’il avait des métastases pulmonaires d’après ce que j’ai compris. Des poumons c’est important pour n’importe qui mais a fortiori pour un athlète.
Tellement innovantes que deux ans plus tard, il n’y a plus de trace de cancer. Lance va enfin pouvoir dire « Sincèrement, le cancer est la meilleure chose qui me soit arrivée. Je ne sais pas pour quelle raison je suis tombé malade, mais je sais que cette maladie a effectué des merveilles, et pour rien au monde je ne voudrais avoir été épargné. ». Je le comprends. On est nombreux à penser ça. Même si c’est difficile à comprendre pour les autres qui n’ont jamais ni dégueulé un boyau ni perdu un seul cheveu dans une aventure anticancéreuse et qui n’imaginent donc que le pire. Même si on n’est pas devenus des champions et que nos poumons sont devenus besogneux.
Il a écrit un livre pour dire tout ça : « Il n’y a pas que le vélo dans la vie ». Il raconte les techniques de visualisation mentale qu’il a utilisées pour combattre son cancer. Il y raconte également comment sa foi en lui-même lui a permis de vaincre la maladie. Il n’y a pas que la chimio dans la vie d’un malade du cancer.
Après ? Eh bien il raconte comment il a changé de régime alimentaire et comment il s’est remis à l’activité physique. Il dit aussi qu’il vit chaque jour sa guérison comme un cadeau extraordinaire qu’il faut partager. Bref, c’est un héros ordinaire quoi. Il y en a plein des bons petits gars comme ça. Ceci dit, il y a quand même un petit plus dans sa vie de survivor : il est devenu un super entrepreneur de la lutte contre le cancer. Armstrong dit : « En tant que survivant du cancer et aujourd’hui en tant que personnalité, j’ai une occasion unique de toucher des millions de personnes par un simple message : Je suis la preuve vivante que le cancer n’est pas une condamnation à mort. De même que je vais continuer à me battre pour être le meilleur cycliste du monde, je vais aussi me battre pour gagner la course contre le cancer. »
On sait maintenant que s’il ne s’était pas dopé, il n’aurait pas été le meilleur cycliste du monde. Donc qu’il ne l’a jamais été. Il a perdu son premier combat. Personnellement, même si j’adorais le Tour de France d’avant Armstrong, je m’en contre-fiche. Mais le second, je ne m’en fiche pas. Lance Armstrong a créé en 1997 sa fondation pour la recherche contre le cancer : Livestrong. Puis la fondation Lance Armstrong qui a pour but d’aider à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer et de celles qui y survivent. Selon un papier de Libé d’hier : « Non seulement Armstrong a nié, mais l’une de ses principales tactiques a été de faire culpabiliser ses accusateurs, en instrumentalisant son cancer. « Si le dopage était la cause de ma maladie, alors il y aurait eu beaucoup plus de sportifs atteints du cancer, or je suis le seul», lâche-t-il en 1999, lors d’une interview complaisante avec Jean-René Godard, un journaliste ami qui portait parfois des bracelets jaunes Livestrong lors des interviews. »
Ces bracelets jaunes, parlons-en. J’ai rencontré à l’automne dernier un étudiant qui avait travaillé cet été sur le Tour de France pour la fondation : il vendait toute la journée ces petits bracelets. Un succès fou paraît-il. Un chiffre d’affaires quotidien pernicieux. Je suis allée sur le site de Livestrong il y a deux semaines : le nom d’Armstrong en disparaissait de plus en plus, tout juste évoqué dans l’historique de l’association. Mais à quoi penserez-vous demain matin lorsque vous retrouverez votre petit bracelet jaune ? Que penserez-vous demain matin du second combat d’Armstrong ?
L’objectif de ce que l’on peut appeler la cause « survivor », c’est de transformer ce qui est au départ vécu bien souvent comme un malheur privé en un drame public, collectif, partageable et in fine en problème politique. Cette reconnaissance collective du survivant du cancer, c’est la possibilité pour toutes les personnes concernées d’assumer ce statut de malade du cancer sans devoir être considérées comme des victimes, des personnes amoindries, voire des personnes somme toute un peu illégitimes dans un monde où santé et beauté sont des normes et des valeurs implicites. Faire d’un stigmate une force. Celui qui s’était déclaré l’emblème du survivor a anéanti ce message et nous a conchiés.
J’ai envie de vomir.

De la science, de la politique et du vent.

-Comment tu dis ? Séralini ? Avec ou sans accent ? Ça me dit quelque chose mais quoi… Non, je ne vois pas…
Et pourtant Gille Éric Séralini a défrayé la chronique en septembre dernier. Mais c’est tellement loin septembre dernier n’est-ce pas ? Allez un petit effort mental. Ah oui ! L’homme aux rats. Le prof de biologie moléculaire de Caen. Qui avait publié dans Food and Chemical Toxicology un papier sur l’apparition de tumeurs mammaires et de troubles hépatiques et rénaux chez les rats exposés au maïs transgénique NK603 et/ou à son herbicide associé, le RoundUp. Bon, reprends ta respiration. Je comprends que l’on oublie des choses pareilles hein. Elles étaient affreuses ses photos. Et puis, quand même, il a été contesté par la plupart des experts non ? Ah non ? Pas tous ? Et les conclusions, tu dis qu’elles n’étaient finalement tranchées ni dans un sens ni dans l’autre ? Mais les politiques quand même, il a été auditionné à Bruxelles alors si on n’en parle plus c’est que…
C’est que quoi au fait ?
Ce matin, LA radio relayait l’info selon laquelle Alain Lipietz, lui, s’en souvient au point de suspendre ses dons à la Fondation de l’avenir, à l’ARC, aux Instituts Gustave Roussy, Curie et quelques autres. En substance, il considère que l’argent qu’il leur a donné pourrait (devrait) aussi servir à poursuivre les recherches sur le caractère cancérigène de certains OGM dispersés dans la nature ou dans les aliments.
Il écrit : « Je m’attendais donc à une ruée de la recherche française en cancérologie vers des expériences tendant à confirmer ou infirmer celle de Séralini, et à les étendre à d’autres substances. Rien de tout cela n’apparaît dans vos bulletins. ».

Le vent est retombé ici ce matin.

2- Quand le prêt-à-subsister était encore une innovation : genèse et développement du Mac Do.

Fin des années 40, début des années 50, les Etats-Unis sont en pleine mutation. C’est l’époque à laquelle se déroule The Master. La classe moyenne est en pleine ascension. L’automobile est dans tous les ménages et ces ménages gagnent les banlieues résidentielles qui sont en train d’exploser à la périphérie des villes. Les centres commerciaux sont « inventés » à cette époque par un entrepreneur avant-gardiste Eugène Ferkauf, et installés précisément dans les banlieues, ces suburbs où la classe moyenne s’est installée. La plupart de ces centres finiront par accueillir un MacDo un jour ou l’autre. C’est pratique le MacDo à l’heure où les distances entre le lieu de travail et la maison s’allongent. A l’heure où tout va plus vite. A l’heure où les américains passent beaucoup de temps hors du sweet home, seuls ou avec leur famille, on the road. Le hamburger c’est un pain chaud à la viande qui va faire s’envoler le chiffre d’affaires de Mac et Dick. Il paraît qu’ils ont chacun une maison très confortable avec piscine et une cadillac dernier modèle qu’ils changent chaque année.
Mais l’histoire, le succès plus exactement de cette histoire, ne tient pas seulement à une sauce ketchup. Il tient à une personnalité qui n’aurait rien aujourd’hui à envier à un Bill Gates, un Steve Jobs ou à un Rockfeller, ou un Carnegie. Aussi connu d’ailleurs aux US que ces grands noms, il s’agit d’un entrepreneur qui a « fait » l’Amérique, et dont le nom est Raymond Kroc. En 1954 il a 52 ans. Il est né à Chicago, dans une famille relativement aisée dont le père est un self made man. Ray a quitté l’école assez tôt et a commencé à vendre des gobelets en carton et à se produire, parallèlement, comme Howard Becker, dans les bars en tant que pianiste. De fait, dans les années 50, il se retrouve un jour distributeur exclusif d’un appareil qui sert à préparer les milk-shakes : le multimixer. Ray est intrigué par les frères MacDonald qui dans leur petit restaurant ont commandé 10 de ces mélangeurs à 5 têtes. Il fait une visite à San Bernardino et, après avoir observé employés et clients, il se rend compte qu’en fait les frères MacDo ont transposé le Fordisme à la restauration bon-marché et rapide. Ford c’est l’antisémite inventeur de la voiture populaire et bon marché. Sa recette c’est un choix réduit d’options combiné à une rationalisation très poussée de la fabrication. Dix multimixers ça permet de servir rapidement des clients qui passent donc rapidement et sont remplacés par d’autres. La vitesse et le rendement.
En fait Ray Kroc découvre que les frères MacDo ont conçu leur resto comme une chaine de montage. Il obtient des frères le droit de commercialiser en exclusivité leur savoir-faire : il rêve de restaurants rapides installés à tous les carrefours des villes américaines et comme il n’est pas un rêveur il met au point un dispositif extrêmement lucratif. Concrètement, après avoir payé un droit d’adhésion de $950, les franchisés – qui sont recrutés par Raymond – versent 1,9% de leur chiffre d’affaires aux trois associés dont 0,5% aux deux frères – en échange de leur marque et de leur formule – et 1,4% à Ray.
On a là l’observation d’un esprit d’entreprise « subtil ». S’il avait simplement voulu faire de l’argent, et rapidement, il aurait demandé un pourcentage beaucoup plus élevé à « ses » franchisés. Mais ce qu’il souhaite c’est étendre le dispositif MacDo au maximum. Si le MacDo se multiplie, le nombre des enseignes va rapporter gros. Un des atouts de la chaîne, c’est son homogénéité : le cahier des charges, le manuel d’exploitation est donc très serré. Au début, il pèse à peine 15 pages. En 58, 75 pages. Trente ans plus tard, en 85, il fait 600 pages et 1,8kg.
Pour la petite (ou la grande?) histoire du hamburger et du MacDo, il faut rappeler que la frite va devenir un objet de compétition incroyable. Toujours plus dorée, toujours plus croustillante : c’est la finalité. Etudes en laboratoires, contraintes auprès des fournisseurs de pommes de terre, les french fries les meilleures sont chez MacDo et il faut que cela se sache. Les concurrents n’ont qu’à bien se tenir.
Dans cette logique, c’est en 1961 que s’ouvre, pour 18 étudiants, la première Université du Hamburger qui devient l’école de formation maison. Raymond ne supporte plus le partage avec les frères MacDo qui acceptent de lui céder tous leurs droits mais pour une somme qui semble très lourde puisqu’ils demandent 2,7 millions de dollars. Ray s’endette, les banques sont réticentes, finalement il trouve un emprunt sur 30 ans qu’il rembourse dès 1972. En fait, le calcul des frères MacDo n’était pas très bon : au lieu des 2,7 millions de dollars empochés en 1961, ce sont des centaines de millions de dollars qu’aurait pu leur rapporter la part de chiffre d’affaires de 0,5% que chaque franchisé aurait continué à leur verser s’ils avaient refusé de céder leurs droits et leur nom. En 72, 250 MacDo sont déjà implantés aux US. La conquête « internationale » a commencé dès 1967.
Raymond finit ses jours, richissime, en 1984, près de San Diego, en Californie, après avoir racheté l’équipe locale de base-ball.
Et nous, depuis, on s’est mis au ketchup. Le cholestérol ? Il y a longtemps qu’on connaissait. Mais la recette qui continue de marcher dans ce monde selon Mac Do, c’est, pour nos vies, – au-delà de certaines apparences – ce choix réduit d’options combiné à une rationalisation très poussée de leur fabrication.
On peut poursuivre l’enquête sur la boutique en se plongeant dans McDonald’s behind the arches, John F. Love, Bantam Books, 1995. Grinding it out The making of McDonald’s, Ray Kroc (&Robert Anderson), St Martin Paperbacks, 1987. Les fifties, David Halberstam, Seuil, 1995.
Ou bien aller au cinéma voir The Master.

1- Quand le prêt-à-subsister était encore une innovation : genèse et développement du Mac Do.

J’ai vu hier soir The Master, de Paul Thomas Anderson, et c’est un sujet d’autant plus passionnant qu’il est rare dans la mise en récit de l’Amérique des années 50. Ce qui est troublant, c’est que cette histoire pourrait tout à fait se dérouler aujourd’hui, ici, ou là-bas. Puis j’ai lu aujourd’hui un entretien dans libé-web avec un économiste nommé Marc Giget et qui commençait ainsi « Innover c’est dépasser sa nostalgie ». Un point commun entre ces deux points de vue ? Un rappel décalé car documenté par l’exemple de ce qui a contribué à faire notre prêt-à-durer contemporain. Et une invitation à changer ce monde tellement prévisible. La recette de ce monde ? Un choix de plus en plus réduit d’options combiné à une rationalisation de plus en plus poussée de leur élaboration.
Il était une fois deux frères, Maurice et Richard, qui en inventant le prêt à manger constituèrent un empire dont l’enseigne, en 2000, s’affichait au fronton de 27000 établissements et ce, dans 120 pays. Au départ, rien de particulier ne prédisposait Dick et Mac à ce succès. A la fin des années 1920, ils sortent tous les deux du lycée lorsque leur père qui travaille depuis 42 ans dans une fabrique de chaussures du New Hampshire, sur la côte Est des Etats-Unis, est licencié. On est en Amérique à la veille de la Grande Dépression et, comme les deux frères ne trouvent pas de travail en sortant du lycée dans leur Etat, ils décident de partir tenter leur chance de l’autre côté, en Californie, où ils arrivent à la fin des années 30.
Les débuts de l’aventure sur la Golden Coast sont assez difficiles. Ils enchaînent les petits boulots, ils passent un certain temps à déplacer les décors dans un studio de Hollywood, ensuite ils ouvrent un cinéma mais l’affaire tourne mal et ils finissent par faire faillite. C’est après cette aventure dans le cinéma qu’ils se tournent vers la restauration. Il faut dire que la Californie, et l’Amérique en général, sont en train d’entrer vraiment dans la civilisation de la voiture et qu’un peu partout s’ouvrent de ces restaurants bon marché qu’on appelle des drive in et où les clients sont servis directement dans leur voiture. Mac et Dick se lancent dans cette nouvelle aventure du drive in et s’installent à San Bernardino qui se trouve à 75 km à l’est de L.A. San Bernardino est une petite ville industrielle à l’époque et c’est là, à l’angle de E street et de la 14ème que l’enseigne McDonald voit le jour en 1940.
Le premier « MacDo » n’a rien de vraiment terrible d’un point de vue architectural : une forme octogonale assez disgrâcieuse de 180m2, un parking qui permet d’accueillir 125 voitures. Quoi qu’il en soit, le commerce marche bien assez rapidement, et aux heures de pointe, il y a 20 serveurs qui s’agitent pour satisfaire les clients. Et assez rapidement, Mac et Dick se partagent 50 000 $ de profit tous les ans.
Ils auraient pu s’arrêter à cette réussite : ils sont riches ; au moins à l’échelle de leur comté. Mais il y a la concurrence qui s’organise et puis une envie d’aller plus loin, de passer à la vitesse supérieure de l’entreprise et/ou du profit. Bref, en 1948 – c’est un coup de poker – ils décident de fermer boutique. Trois mois plus tard, ils rouvrent leur drive in mais cette fois, ils ont trouvé une recette qui va réellement leur assurer un big bénéfice. Cette recette est simple. La carte d’abord : les frères ont rationalisé l’offre par rapport à la demande. Concrètement, ils ont réduit leur offre : passant des 20 plats qu’ils proposaient auparavant à une offre beaucoup plus réduite mais qui correspond à ce que 80% des clients avaient l’habitude de commander avant la fermeture. A savoir : hamburger, boisson gazeuse, lait, café, chips et gâteau. On a diminué la taille des hamburgers mais ils ne coûtent plus que 15 cents, ce qui représente un prix hyper attractif par rapport à la concurrence. Le prix du hamburger s’affiche en gros caractères lumineux autour de l’enseigne. La vaisselle ensuite : on a tout remplacé par des assiettes et des gobelets en carton : fini le vol des couverts! Auparavant les clients étaient servis dans leur voiture, dorénavant ils passent directement leur commande eux-mêmes à un guichet. Résultat au niveau du personnel : il n’y a plus de plongeurs et le nombre des serveurs se réduit aux employés du guichet. Tout bénéfice encore pour Dick et Mac.
Les débuts de ce nouveau concept sont un peu hésitants mais très rapidement ça marche à nouveau : les consommateurs affluent. Mais la clientèle a changé : les ados et jeunes guys qui constituaient une bonne partie des consommateurs d’avant – jolies serveuses oblige – sont remplacés par une clientèle familiale. Papa, maman et un ou des enfants qui adorent regarder ce qui se passe en cuisine puisque là encore, le concept a évolué : la cuisine est baptisée l’aquarium et les consommateurs – c’est également une petite révolution – peuvent voir le personnel en cuisine, et les enfants adorent ça. C’est quelque chose que la multinationale MacDo n’oubliera jamais : attirons les petits, ce sont eux qui amènent les grands.
L’histoire ne s’arrête pas là puisque 70 ans plus tard l’empire s’est étendu à plus de 120 pays. Et ce n’est pas seulement une petite histoire de réussite familiale, de self-made men à laquelle on a à faire mais de manière transversale, c’est un certain nombre de traits de l’histoire sociologique de l’Amérique que l’on suit en suivant Mac Donald.
(À suivre)

Une Villa Réflexive pour une grande cuisine.

On trouve, quand on allume le poste moderne (oui : ceci est bien un jeu de mots, je suis de bonne humeur aujourd’hui) et qu’on se connecte sur la chaîne Hypothèses.org une initiative que j’aime bien. Je la suis très irrégulièrement mais ce que j’en ai saisi, grâce aux Twittos investi.e.s sur le chantier, ressemble à une alliance entre sensible et rationnel. Bien sûr, ladite alliance est aujourd’hui mieux entendue, pour ne pas dire devenue une évidence mais quand on aborde un public étudiant en lui rappelant qu’on peut (qu’on doit) faire de la théorie sans faire abstraction de sa propre sensibilité, c’est tempête néo-positiviste sous les crânes. Là, je cause quali.
Il faut dire que l’absence de réflexion méthodologique quasi systématique consacrée aux démarches qualitatives en France, est assez remarquable. Dans la tradition qui m’inspire, pour le meilleur et pour le pire, il est une systématisation de la démarche qui me semble, en l’état des recherches sur les méthodes, la plus aboutie sur le terrain du qualitatif. La Grounded Theory, car c’est elle, pose pour principe que ce sont les données qui sont à la base de la théorie, tandis que leur analyse produit les concepts sur lesquels la trame analytique est construite. Tout le monde dira que c’est évident, qu’on découvre l’eau tiède, que bla bla etc. mais de là à suivre cette velléité, c’est une autre paire de manches. D’ailleurs, des collègues américains sont allés voir si ceux qui se réclament de la GT dans leurs écrits, sorte de sésame de solvabilité dans des chapitres ou paragraphes incontournables de méthodologie, l’explicitent tant dans leur démarche que dans leurs résultats. Ces observateurs se sont accordés sur le fait que bof, bof et que la plupart de ces études étaient plus descriptives qu’autre chose. Mais, d’ailleurs, c’est quoi cette idée de théorie en sociologie ?
La theory, en américain c’est assurément quelque chose de différent de ce qu’en entend une perception française. La définition littérale de cette notion – le Robert donne 1) « ensemble d’idées, de concepts abstraits plus ou moins organisés » et 2) « construction intellectuelle méthodique de caractère hypothétique (au moins en certaines de ses parties) et synthétique » – reste encore très marquée par un héritage à la fois philosophique et positiviste. La sociologie française garde, la plupart du temps à son insu, cette déférence envers ce classicisme alors même qu’elle a contribué à remettre en cause la conception positiviste des sciences sociales. Alors même qu’elle a constaté en son cœur l’échec d’un grand nombre de théories issues de sociologies scientistes : marxiste, néo-marxiste, fonctionnaliste, structuraliste… Alors même que, selon la dénomination de Merton, elle sait fournir aujourd’hui plutôt des théories à moyenne portée. Alors même que la sociologie compréhensive et, hummm, quelques orientations contemporaines majeures des sciences sociales se sont éloignées d’une conception déterministe de la vie sociale et ont réhabilité l’individu en insistant sur son autonomie et sur sa capacité à modifier le cours des événements.
N’empêche que. Les définitions les plus répandues de la théorie proviennent du positivisme. Elles considèrent la théorie comme une opération de rapports entre des concepts abstraits qui couvriraient un grand choix d’observations empiriques. Les concepts théoriques y sont des variables opératoires censés mettre à l’épreuve des hypothèses par des expériences réplicables de manière empirique. « La » théorie positiviste cherche des causes, favorise des explications déterminées et souligne la généralité et l’universalité. Ses objectifs sont l’explication et la prédiction, la généralité et l’universalité. Et va donc expliquer dans ta réponse à un appel d’offres, comme je suis en train de le faire en ce moment : ce billet c’est ma récré – que ça ne t’intéresse pas cette option! J’aurai les résultats en juin…
En mettant l’accent sur des objets parcimonieux, ces théories sont souvent élégantes dans leur forme et reluisantes dans leurs déclarations. Cependant, elles peuvent aussi aboutir à des explications assez étroites et réductionnistes avec des modèles d’action assez simplistes. Une définition alternative de ce qu’est une théorie met l’accent sur la compréhension plutôt que sur l’explication, la compréhension atteinte par la théorie reposant sur l’interprétation du « théoricien » du phénomène étudié.
La théorie fondée commence et achève sa carrière avec des données construites, élaborées ; à partir d’observations, d’interactions et de toutes sortes de matériaux divers réunis autour du sujet traité. Il faut lire Adele Clarke pour faire le point là-dessus. Un des avantages certains de la théorie fondée réside dans son caractère systématique (cc@mapav8 qui n’aime pas le mot) qui permet, grâce à ses directives explicites, de réduire la part d’approximatif et de non explicite que l’on trouve parfois dans les analyses mais ce, sans pour autant nuire à l’imagination sociologique. De la souplesse. Un des moteurs de la grounded theory est précisément cette « sensibilité théorique » chère à Barney Glaser. Va savoir pourquoi je retrouve dans certains billets un peu foutraques de la Villa Réflexive ce moteur, cette souplesse, cette diversité de matériaux, qui donne envie de faire de la science humaine.
On ne dit pas souvent comment on a procédé pour produire de l’analyse dans les résultats d’enquêtes qualitatives et « nos » étudiants, s’ils croulent sous les conseils et manuels consacrés au sacro-saint « terrain » sont souvent démunis devant ce qui leur semble, à tort, être une deuxième étape : la production de théorie, d’analyse, d’interprétation. Les principes de la théorie fondée sont clairement énoncés et ce, dans un processus incessant entre terrain et analyse, jusqu’à ce que les données soient saturées. Il y a de ce processus dans la Villa.
Que des questions imparables surgissent, que des vides apparaissent dans les catégories, c’est dans les données qu’il faudra se rendre à nouveau afin d’y répondre ou de les combler. Et ils y retournent les co-locataires. On les voit ou devine à l’œuvre. Maniant balai épistémologique et lingette théorique. Les niveaux d’abstraction et de mise à distance atteints sont parfois conquis sur un processus visible qui démystifie la démarche de l’enquête qualitative en la rendant explicite. Peut-être les travaux définitifs, thèses, rapports, articles seront-ils hélas édulcorés mais nous, on saura que c’était moins lisse que la version finale policée. Polissée. Car il est dur de résister au mythe de observateur impartial et passif qui rassemblerait des données, sans participer bien sûr à leur création, séparant naturellement faits et valeurs : pour tout dire l’existence d’un monde externe séparé des scientifiques, des observateurs et de leurs méthodes.
Parce que cette vieille vision n’a fait qu’agrandir la division entre théorie et recherche sur le terrain, ses résultats ont plutôt eu pour corollaire d’affiner des théories déjà existantes – en évaluant des hypothèses basées, précisément, sur des lois pré-existantes – que de produire de nouveaux savoirs. En séparant théorie et recherche sur le terrain, leurs guides de conduite de recherche ont traité principalement de la façon de procéder à la collecte de données et du rôle du chercheur « engagé sur son terrain » (sic) mais peu abordé la question de l’analyse des sommes de données rassemblées. Cela n’a guère évolué d’ailleurs en France. On rencontre toujours des étudiant.e.s, parfois très avancé.e.s dans leur carrière d’apprentissage, qui sont totalement démuni.e.s devant la profusion de données auxquelles ils/elles ont eu accès.
Mais dans la Villa, ça pense, ça dépense, ça repense, ça croise, ça décroise, ça entrelace, ça matîne ; et ça donne et redonne à penser. Et, surtout, ça donne à voir ce qui se passe en cuisine. J’aime bien. Ça m’intéresse autant (parfois plus) que le joli plat qui arrive sur la table.