C’est la ouate qu’elles préfèreront.

Je mets ce petit billet en ligne après avoir lu via Twitter un gazouillis un peu approximatif sur – je cite – « l’histoire méconnue des règles ». Ce papier publié chez Rue 89, je le trouve approximatif parce qu’il est sans références aucune (genre, j’ai la science infuse) et, pire encore, sans aucune perspective sur la médicalisation du corps des femmes. J’aimerais ajouter ce qui suit à ce sujet.
Le corps des femmes fait peur dès lors qu’il entreprend de s’émanciper de ses caractères sui generis. Un examen de la littérature portant sur les techniques d’hygiène en faveur de ces caractères – [je vais devoir citer mes sources puisque c’est une de mes critiques à ce papier !] – confirme ce point de vue (Showalter et Showalter, 1970). Les produits d’hygiène font leur entrée dans l’industrie du corps naissante lorsque les serviettes hygiéniques jetables débarquent dans la Grande-Bretagne Victorienne, présentées lors de congrès de la Société Obstétrique de Londres (Jalland et Hooper, 1981). Aux Etats-Unis, des protections hygiéniques avec ceintures en caoutchouc sont disponibles à la vente par correspondance dans les catalogues de Montgomery Ward dès 1895 (Schroeder, 1976). Toutefois, les serviettes jetables placées sur le marché, notamment par Johnson et Johnson en 1896, seront bientôt retirées de la vente : l’échec commercial – provisoire – de ce produit est liée selon toute vraisemblance à une absence de publicité. Car enfin, comment rendre public un tel produit étant donné son caractère indicible si ce n’est honteux ? (Bullough, 1979). Pendant la Première guerre mondiale, ce sont des infirmières françaises qui découvrent que la cellulose employée pour les soins aux blessés absorbe les flux menstruels bien mieux que les serviettes en tissu (Delaney et alii, 1988). L’utilisation des surplus de stocks d’ouate de cellulose par Kimberly-Clark en 1921 ouvre la production des serviettes Kotex. Dans les années 20, l’image de l’infirmière sera utilisée avec profit dans la publicité pour ce produit qui, en 1929, est déjà devenu un business de 19 millions de dollars (Bullough, 1985). Aucune innovation majeure ne sera apportée à cette serviette avant l’arrivée de protections renforcées d’adhésif dans les années 70 (Delaney et alii., 1988). Sur le corps des femmes, via ces techniques, valeurs et normes viennent encore et toujours se cristalliser. L’invention, en 1933 par la société Tampax, du premier tampon jetable engendre une réaction immédiatement négative : celui-ci est déclaré cause de contraception, de masturbation ou bien encore de défloration. Son usage finira pourtant par s’imposer, mais après bien des avatars – dont le syndrome de choc toxique identifié en 1978 et confirmé en 1985 n’est qu’une des nombreuses controverses qui ont entouré sa propagation (Helgerson, 1981).
(À suivre car le sujet est fort riche…)

SURVIVRE – (2)

L’image du survivant, sa représentation, renvoient entre autres à une part d’histoire des mouvements sociaux du 20ème siècle. Il s’agit d’une notion qui a un peu voyagé depuis 1945 : à la fois dans le temps, mais aussi dans l’espace des communautés ou des groupes sociaux qui l’ont adoptée. Pour aller vite, disons que l’histoire récente de ce concept contemporain de « survivant » (qu’on retrouve surtout dans les discours de culture anglo-américaine), avant d’en arriver aux discours consacrés à la santé et à la maladie, a voyagé à travers l’Holocauste, s’est également installée un temps dans les psychothérapies américaines, a voyagé aussi au travers des discours publics (féministes) à propos des abus sexuels (notamment envers les enfants) mais aussi de reality TV.
Les mots sont bien plus que des mots et avec celui de « survivant » on entre dans une perspective qui dit bien sûr autre chose que ce qu’en dit Monsieur Robert. Au-delà de sa définition littérale, le mot de survivant est devenu un outil dont la fonction est avant tout critique et à vocation activiste. Son enjeu, il est précisément dans cet usage qu’on en fait, dans sa fonction critique, puisqu’il s’agit d’une notion qui revendique le fait que tout survivor, qu’il/elle soit victime de la Shoa, d’abus sexuels, de discrimination raciale, de discrimination pour raison de santé, d’apparence, de handicap ou autres doit être rendu visible pour sortir de sa condition solitaire de victime. L’objectif, c’est de transformer ce qui est au départ vécu bien souvent comme un malheur privé en un drame public, collectif, partageable et pourquoi pas en problème politique.

Cette reconnaissance collective du survivant du cancer, c’est la possibilité pour toutes les personnes concernées d’assumer ce statut de malade du cancer sans devoir être considérées comme des victimes, des personnes amoindries, voire des personnes somme toute un peu illégitimes dans un monde où santé et beauté sont des normes et des valeurs implicites. Faire d’un stigmate une force. On voit bien que les fonctions critiques respectives de « survivant » et de « héros ordinaire » sont aux antipodes l’une de l’autre. La sociologie qui s’intéresse au mouvement de survivance aux États-Unis montre que les enjeux de ces groupes – notamment ceux de la National Coalition for Cancer Survivoship (NCCS) qui est créée en 1986 – c’était, au-delà de raisons identitaires qui sont parfois invoquées, de faire reconnaître l’expérience et les besoins spécifiques des malades du cancer, de faire reconnaître également qu’ils méritaient des droits.
Quoi qu’il en soit, ça ne prend pas en France cette notion de survivant à laquelle on préfère l’image du héros ordinaire. Pourtant, du « survivre » il y en a. Survivre? Cela signifie Vivre encore après quelque chose, Vivre encore après un temps révolu, après une chose passée. Rester en vie. Vivre encore. Pas d’héroïsme là-dedans.

SURVIVRE – (1)

Il y a maintenant quelques années, en janvier 2007 précisément, l’INCA (Institut National du Cancer) avait lancé une campagne de communication pour sensibiliser l’opinion publique sur le fait qu’en France, environ 2 millions de personnes vivaient ou avaient vécu avec un cancer. Environ 2 millions : ce chiffre représentait un ordre de grandeur et exprimait ce que l’on appelle la prévalence totale : c’est-à-dire le nombre de personnes ayant eu un diagnostic de cancer et vivant à cette date de janvier 2007.

Parmi ces deux millions, 900.000 environ étaient encore en traitement.

L’objectif de cette campagne consistait, une fois de plus, à s’attaquer aux représentations négatives liées au cancer, avec toujours cette idée de souffrance et de mort qui reste attachée à cette maladie. Il consistait à dédramatiser cette image et à normaliser en quelque sorte l’expérience du cancer. Il faut quand même se souvenir que malgré tous les progrès auxquels on a pu assister depuis le début du 20ème siècle en cancérologie, cette image très sombre liée au cancer perdure aujourd’hui comme hier dans les représentations. Sans doute parce qu’une trajectoire de maladie cancéreuse est toujours menacée. Cette dimension, malgré les progrès thérapeutiques réels de la cancérologie, est omniprésente dans l’incertitude qui caractérise toujours ces trajectoires. Je le rappelle parce que cette dimension est forcément présente dans le « vivre après », quelles que soient ses caractéristiques.

Pour revenir à cette campagne, dans le dossier de presse qui présentait ce projet de communication, l’INCA précisait pourquoi l’expression « héros ordinaires » avait été choisie. Voici un extrait de l’argument, tel qu’il était diffusé dans le dossier : « Aux Etats-Unis, on les appelle les « survivors » et ils revendiquent haut et fort leur appartenance à cette communauté qu’ils n’ont pas choisie. Comme John Wayne ou Lance Amstrong, ils contribuent à lever le silence qui pèse encore sur cette maladie. 
En France, il fallait trouver un terme approprié (là, c’est moi qui surligne). C’est ainsi à dessein qu’ont été assemblés deux mots désignant des réalités contradictoires, « héros » et « ordinaire ». »

Donc, en français, ou plus exactement en France, le terme approprié à « survivor », pour les communicants du cancer mais surtout pour les institutions qui les font travailler, c’était donc, en 2007, « héros ordinaires ». Ce glissement sémantique est inattendu parce que, évidemment, si on traduit littéralement survivor, normalement ça donne survivant. On peut remarquer que cet oxymore de « héros ordinaire » non seulement n’a plus grand chose à voir avec le sens de « survivant » mais qu’en plus, on est dans une jolie métaphore. Comme du temps de ces métaphores qui fleurissaient en termes de « longue et cruelle maladie » et j’en passe…

Visiblement, si on en reste à l’argument que j’ai cité, « survivant » ça n’est pas adapté, pas approprié, aux malades et ex-malades du cancer. C’est intriguant : qu’est-ce qui se joue derrière cette appellation pour qu’on la refuse et qu’on lui substitue une métaphore ? Qu’est-ce que ça dit « survivant » ou « survivor » qui ne devrait pas être entendu ? Qu’est-ce que ça nous dit du regard social posé non seulement sur le cancer mais sur celui ou celle qui a vécu une expérience limite ? Ce qui m’intéresse dans cet état de fait, c’est justement ce que ça nous dit de notre perception de la maladie et de ceux et de celles qu’elle affecte. Au présent et au passé.

à suivre…