A propos Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Être avec le malade 9. Les sacs

Sur le chemin de l’hôpital, aller ou retour, je porte des sacs, plusieurs sacs. J’ai l’impression que ma vie se fait avec ces sacs en ce moment. Je sais qu’un jour je vais les déposer mais pour le moment je vis avec ces sacs. Les femmes que je croise à l’hôpital portent aussi des sacs, les femmes, oui, elles sont largement majoritaires dans les couloirs, Marie Ménoret en parlait dans un précédent billet, et elles représentent au doigt mouillé 99% des porteur.se.s de sacs… Il y a des hommes, mais ils n’ont pas de sacs, ils viennent les mains dans les poches, au propre comme au figuré. Lire la suite

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Être avec le malade 5. « Quand je n’existais pas »

À la question de savoir si le.a malade dans le coma, artificiel ou non, entend ce qu’on lui dit, il n’existe pas de réponse. Ou plutôt il y en a tellement que leur multiplicité me semble annuler toute idée un peu claire qu’on pourrait avoir de la question. Certain.e.s médecins disent que les dormeur.se.s n’entendent pas, d’autres doutent, la plupart trouvent cependant que leur parler est plutôt une bonne chose, comme forme de présence, toujours souhaitée à l’hôpital. Il existe de nombreux récits de retour de coma, dans lesquels on peut lire ou entendre que le.a malade a entendu ce qu’on lui disait, qu’ille s’en souvient et que ces paroles perçues l’ont sans doute aidé.e dans son retour à la conscience. Mais on sait aussi que le coma produit des faux souvenirs, comme dans la vie en bonne santé d’ailleurs. Cette question reste donc en suspens, malgré l’importance du corpus de discours qu’elle produit, à l’écrit, à l’oral, au cinéma, à la télévision : il existe presque un genre « témoignage de coma », qu’il vienne du.de la malade ou du.de la proche, émanant d’une masse de récits écrits, oraux ou de films et de séries télé, qui forment une vraie doxa autour de la question. Et à l’hôpital, si les médecins sont un peu circonpect.e.s mais sans hostilité, les infirmier.e.s et les aides-soignant.e.s sont plutôt favorables à cette parole, qu’illes encouragent. Lire la suite

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts