Le questionnaire.

L’actualité récente met l’accent sur une technique à laquelle nous nous soumettons régulièrement sans toujours en mesurer les effets de distinction et de séparation. Hier, la ministre de la Santé a annoncé que le questionnaire qui, à ce jour, organise le tri des donneurs de sang allait être modifié prochainement pour permettre aux homosexuels de donner leur sang. Je suis curieuse de découvrir les modifications apportées à cette nouvelle grille qui va permettre « de définir les critères du don du sang. Personne ne doit être interdit simplement parce qu’il est homosexuel et dans le même temps, nous devons garantir la sécurité absolue de ceux qui reçoivent du sang», selon sa déclaration sur France 3. Deux jours plus tôt, les députés votaient dans la soirée l’instauration d’un droit à l’oubli pour les anciens malades du cancer. Là encore, je suis impatiente de lire les nouveaux questionnaires de santé que nous proposeront nos banquiers dans le cadre de la mise en place du droit à l’oubli pour emprunter… (cf billet du 20/04/2014).

Le questionnaire est un outil majeur de gouvernementalité libérale et il a une place tout à fait importante en santé publique. Il y a plein de travaux intéressants sur le sujet – la plupart évidemment inspirés de Foucault – par exemple celui de David Armstrong qui a exploré il y a presque 30 ans les circonstances de la « découverte » de la maladie chronique. Loin de se contenter de l’explication communément donnée par les médecins et longtemps acceptée par les sciences sociales – ce serait tout simplement parce que le nombre des maladies aigües décline que la maladie chronique trouve désormais sa place dans le spectre de morbidité – Armstrong s’y intéresse à travers une nouvelle technique de repérage. Cette nouvelle technique, qui se développe entre les deux guerres, est celle du questionnaire. Indépendamment de tout phénomène démographique, cette technique contribue grandement à produire la catégorie « maladie chronique » en dehors de considérations ayant à voir avec les progrès des compétences ou autres techniques cliniques. Pour faire vite disons que, selon Armstrong, la maladie chronique est produite par deux points abordés dans la British general household survey, une grande enquête nationale à travers laquelle 10.000 ménages ont rempli un long questionnaire. Il contenait, entre autres, deux questions de base sur le statut de santé des personnes enquêtées : « Avez-vous une maladie de longue durée, une invalidité, un handicap ou une infirmité ? » et « Pendant les deux dernières semaines, avez-vous réduit votre activité habituelle à cause d’une maladie ou d’une blessure ? ». Ce sont ces deux seules questions qui permettront de produire des données sur ce qui deviendra une distinction épistémologique cruciale entre « chronique » et « aigu ».

J’aime bien cet article parce qu’il montre efficacement comment en analysant de nouvelles procédures, leurs rapports entre elles, entre les objets et les techniques de production de savoir, (en l’occurence la méthodologie du questionnaire de santé) on peut interroger jusqu’au contenu du travail médical. Ici, il s’agit de considérer que le questionnaire, en dressant la carte de nouvelles communautés, construit de nouveaux objets d’attention pour la médecine.

De toute évidence, c’est à travers toute une série de mécanismes extra-médicaux que la maladie chronique acquiert sa visibilité sociale et, partant, l’intérêt qu’on lui accorde. Cette question m’intéresse pas mal en ce moment, alors que je m’interroge sur l’invisibilité des anciens malades du cancer. Ils existent pourtant, ils sont même de plus en plus nombreux, ils présentent des maux caractéristiques, des séquelles que l’on pourrait éviter par une prévention adaptée etc. etc. mais ils ne constituent pas encore – et ce malgré les objectifs des 2 derniers Plans Cancer – une communauté pertinente aux yeux de la santé publique. Affaire à suivre…