Pour un scepticisme systématique dans les sciences du corps.

Ça va mieux en le disant.

La biologie et la médecine, domaines de savoirs qui traitent particulièrement du corps sexué, relèvent assurément de connaissances situées, c’est-à-dire liées au temps et au lieu de leur production, comme l’écrivait Haraway en 1988. Les recherches, menées dans le domaine très fécond des Social Studies of Sciences, qui s’intéressent aux rapports entre genre et science ont montré à quel point notre connaissance des « lois de la nature » provenait d’un groupe déterminé dont le travail de recherche ne pouvait être totalement dissocié de ses conditions historiques, culturelles et sociales de production.

Elles montrent comment le corps des femmes a ainsi été construit et/ou défini, biologiquement et médicalement, au-delà des exigences de neutralité, d’objectivité, de rationalité voire d’universalité scientifiques, par des hommes, occidentaux, blancs et membres des classes dominantes. Ce constat invite à un relativisme méthodologique qui, sans nier l’existence de phénomènes naturels indépendants de la volonté humaine, permet d’expliquer certaines incuries : de celles qui assènent des arguments scientifiques (non, je ne mets pas de guillemets) établissant l’infériorité intellectuelle innée des femmes jusqu’au désintérêt des études scientifiques (idem) sur la contraception, pour ne pas évoquer les problématiques très contemporaines de dépistages auxquels sont soumises les femmes, qui posent souvent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Le rôle central de la dichotomie homme/femme et son influence sur l’organisation des connaissance du monde naturel doivent être disséqués, comme le suggère Haraway, afin de développer un regard réflexif et critique sur l’entreprise scientifique et médicale. Ce scepticisme systématique est plus que jamais nécessaire au développement d’une définition plus juste de l’objectivité ou de l’universalité dont on continue de nous rebattre les oreilles.